Barres latérales pour les camions: une règle provinciale souhaitée par Montréal

MONTRÉAL — Après qu’un autre homme âgé ait été blessé gravement par un camion de déneigement à Montréal, la mairesse Valérie Plante, qui avait insisté dans le passé pour que les sous-traitants soient obligés par contrat d’équiper leurs camions de barres latérales de sécurité, parle maintenant de vouloir travailler avec Québec pour qu’une règle les rende obligatoires.

Interrogée à ce sujet mercredi lors d’un point de presse visant à faire le point sur le déneigement de la métropole, la mairesse a qualifié l’accident de la veille de «déplorable» et «d’horreur».

Le septuagénaire happé mardi est le père de l’animateur et musicien Grégory Charles et il se trouve dans un état critique à l’hôpital.

Mercredi, Mme Plante s’est dite très préoccupée par la sécurité des citoyens.

Elle a rappelé que son parti Projet Montréal, alors qu’il était dans l’opposition à la ville, avait été très critique et avait insisté sur la nécessité d’équiper les camions de barres latérales, parmi d’autres mesures de sécurité.

L’on ignore pour le moment si le camion qui a frappé M. Charles était muni ou pas de ces barres latérales de protection ni si elles auraient pu empêcher l’accident, mais il a fourni l’occasion de faire le point sur la sécurité des équipements de déneigement de la métropole, après plusieurs décès et blessés au cours des années. Ceux de la municipalité sont déjà munis de ces barres de protection.

La mairesse dit avoir envoyé une consigne aux directeurs de la concertation des arrondissements pour aller de l’avant rapidement avec des mesures, qu’elle n’a toutefois pas précisées mercredi.

Le responsable des services aux citoyens du comité exécutif de la Ville de Montréal, Jean-François Parenteau, souligne qu’il y a une crise dans l’industrie du camionnage et qu’il est difficile d’avoir des entreprises qui répondent aux appels d’offres de la ville. Cet argument avait aussi été soulevé l’an dernier par l’administration de Denis Coderre.

«Alors en ajoutant la barre latérale immédiatement et unilatéralement, on se coupe encore de plusieurs partenaires», a expliqué M. Parenteau, qui se trouvait au point de presse aux côtés de la mairesse.

«Alors on souhaite une politique plus provinciale», a-t-il ajouté.

La mairesse a renchéri, faisant valoir qu’il y a «des réalités techniques».

«Mais notre volonté, comme ça a toujours été le cas, est de travailler avec Québec pour que ça devienne une règle, que tous les camions soient équipés de barres latérales», a-t-elle fait valoir.

Mme Plante dit qu’elle s’occupe de son côté de la flotte de camions appartenant à la ville de Montréal, mais juge qu’il faut aller plus loin.

En janvier 2017, elle avait interpellé Denis Coderre à ce sujet: imposer une clause contractuelle aux sous-traitants rendant obligatoires les barres latérales, forte de l’appui de la mère d’une jeune femme de 21 ans qui est morte en 2005 sous les roues d’un camion de déneigement.

En 2010, le coroner Luc Malouin avait rendu un rapport après que quatre piétons eurent été tués lors d’opérations de déneigement à Montréal en 2008 et 2009.

Il avait recommandé à la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) et au ministère des Transports du Québec de continuer les études entreprises quant à la pertinence d’équiper les véhicules lourds de miroirs convexes ou d’autres dispositifs de sécurité.

M. Malouin avait aussi recommandé à la ville de Montréal de collaborer aux études de la SAAQ et du ministère et d’expérimenter sur son territoire le résultat de ces études en incluant dans les contrats l’obligation d’avoir ces nouveaux dispositifs.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie