Bell Québec-Ontario: des hausses de salaire et un droit au télétravail

MONTRÉAL — Le personnel de bureau de Bell au Québec et en Ontario a une nouvelle convention collective. Elle a été entérinée jeudi, annonce leur syndicat, Unifor. 

Un mandat de grève illimité avait été voté en juin, une première selon Unifor qui représente les quelque 4200 employés de bureau et auxiliaires du géant des télécommunications. 

Le syndicat et l’employeur étaient finalement parvenus à une entente de principe au début du mois d’août. 

Une augmentation salariale de 3,25 % rétroactive au 1er décembre 2021 est prévue dans la nouvelle convention. Ensuite, les salaires augmenteront de 2,5 % par année jusqu’en 2025. 

De plus, les employés temporaires pourront accéder au statut permanent après 24 mois dans l’entreprise, au lieu de 36 précédemment. Plus de 350 employés à temps partiel passent au statut d’employés à temps plein. 

Bell devra également embaucher 200 nouvelles personnes, selon l’entente. 

Un intervenant en justice raciale est aussi prévu pour chaque province, ce qui correspond à 400 heures payées par l’employeur. 

«Nos membres dans le domaine des télécommunications font un travail qui est essentiel au fonctionnement de notre société. Cela a été prouvé à maintes reprises tout au long de la pandémie. Ils méritent de bons salaires, une sécurité d’emploi et des conditions de travail décentes, ce qui comprend le droit au télétravail», souligne Lana Payne, présidente nationale d’Unifor, dans un communiqué. 

Le personnel de bureau et les employés auxiliaires de Bell incluent des travailleurs à la facturation et aux renseignements, par exemple.

La nouvelle entente commence le 1er décembre 2021 et prendra fin le 30 novembre 2025.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.