Bernard Landry: funérailles mardi, chapelle ardente samedi et lundi

QUÉBEC — Les funérailles d’État de l’ex-premier ministre Bernard Landry seront célébrées mardi prochain, à la basilique Notre-Dame de Montréal, à 14h.

La dépouille de M. Landry, décédé mardi à l’âge de 81 ans des suites d’une maladie pulmonaire, sera exposée à Québec, samedi, au Salon rouge de l’Assemblée nationale, de 10h à 18h, puis à Montréal, lundi, à la basilique Notre-Dame, également de 10h à 18h.

Les citoyens pourront ainsi offrir leurs condoléances à la veuve et aux enfants du disparu.

Le parcours de Bernard Landry est intimement lié à celui du Parti québécois (PQ) depuis une cinquantaine d’années. Militant souverainiste jusqu’à son dernier souffle, Bernard Landry a été premier ministre du Québec de 2001 à 2003.

Les drapeaux du Québec ont été mis en berne mardi et le resteront jusqu’à la tenue des funérailles.

En tant qu’ancien chef du gouvernement du Québec, il aura droit à tous les honneurs reliés à des funérailles d’État, prises en charge par le service du protocole du gouvernement, en accord avec les volontés exprimées par les proches du défunt.

Aux Communes, les parlementaires ont observé une minute de silence en hommage à l’ancien premier ministre, mercredi.

En visite la semaine prochaine à Singapour et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le premier ministre Justin Trudeau n’assistera pas aux funérailles. Le député québécois dans Honoré-Mercier et ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, Pablo Rodriguez, y sera.

Bernard Landry laisse dans le deuil sa conjointe Chantal Renaud et trois enfants, Julie, Philippe et Pascale, nés d’une union précédente avec la juge Lorraine Laporte, décédée en 1999.

Le décès de M. Landry a été suivi d’un concert d’éloges, de toutes provenances, dès que la nouvelle a circulé dans les médias, mardi après-midi.

Mercredi, d’autres personnalités ont ajouté leur voix, en vue de souligner la contribution exceptionnelle de l’ancien ministre et premier ministre péquiste.

Couillard: «Un grand homme»

L’ex-premier ministre Philippe Couillard, qui est présentement en voyage à l’extérieur du pays, a réagi au décès de M. Landry en disant que le Québec venait de perdre «un grand homme d’État».

«Bernard Landry avait à cœur le Québec et lui a énormément donné au cours des 50 dernières années. Il est l’artisan d’une des plus grandes transformations dans nos relations avec les Autochtones, la Paix des Braves. Passionné d’économie, il fut un des premiers à nous redonner les moyens de nos ambitions», a commenté M. Couillard, dans un message écrit transmis à La Presse canadienne.

GND: «Un monument de l’histoire du Québec»

Selon le co-porte-parole de Québec solidaire, le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, il ne fait pas de doute que le Québec vient de perdre «un monument de l’histoire du Québec».

En point de presse, M. Nadeau-Dubois a dit que M. Landry faisait partie d’une «génération de bâtisseurs» ayant accepté de consacrer sa vie au service public.

Selon lui, quantité de politiciens ont «déconstruit» le Québec dans le passé et «ça va nous manquer des politiciens qui sont capables de construire» comme l’était Bernard Landry.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Merci, M. Landry pour votre implication sans limites pour le bien de la nation québécoise. Au-delà des partis, vous êtes reconnu comme un grand patriote avant tout.
Merci pour avoir officialisé la Journée nationale des Patriotes.
Envers les Autochtones, vous avez été à la hauteur du chef d’État.
Inquiets, nous étions devant toutes les tâches que M. Bouchard vous avait confiées en 96-97……Encore là, le ministre que vous étiez a su former une équipe aux compétences multiples, frapper aux bonnes portes et focaliser sur le bien-être des citoyens et le redressement urgent de l’économie québécoise. Rassembleur, il le fallut, pour une telle réussite. Bravo!
Vous n’avez pas fait que du bien pour le Québec mais aussi pour le Canada (ALENA). Monsieur Trudeau a oublié de le mentionner dans son court hommage pressé où il indiquait: « …il a fait beaucoup pour sa communauté. »
Je souhaite que le Québec complet, surtout ses jeunes, affiche Présent à tout ce qui vous concerne cette semaine, pour réaliser que, malgré la vie trépidante du quotidien, la politique telle que vous la pratiquiez vaut la peine qu’on s’y intéresse. D’autres jeunes politiciennes et politiciens ont suivi votre trace et celle du gouvernement dont vous faisiez partie. Comme citoyens, il est de notre devoir de nous impliquer, de penser que si l’on se s’occupe pas de la politique, c’est elle qui s’occupe de nous et pas toujours pour le mieux.
Vous êtes, avec celles et ceux que vous avez côtoyés à l’Assemblée nationale, des exemples à suivre et pour cela, il faut avoir des convictions qui ne se marchandent pas. Il en existe toujours…
Le pays, dont vous avez tellement rêvé, poursuit son cheminement, semé d’embûches certes, et naîtra au moment où notre peuple n’aura d’autre choix s’il veut se réaliser pleinement et ce, de concert avec tous ces gens venus se joindre à nous. Pour une pays réussi, le Québec se doit d’être clairement le meilleur des chefs d’orchestre.
Bon repos, M. Landry!
P.-S. Ma famille et moi offrons nos plus sincères condoléances à votre épouse et votre famille. Que le support moral, par tous ces témoignages de reconnaissance, les aident à traverser cette épreuve profonde!