Biden dit que le plan de Truss est une «erreur» dans un contexte d’inflation mondiale

PORTLAND, Ore. — Le président des États-Unis Joe Biden a qualifié samedi l’abandon du plan de réduction d’impôts de la première ministre britannique Liz Truss d’«erreur» et a déclaré qu’il craignait que les politiques budgétaires d’autres pays ne nuisent aux États-Unis au milieu de «l’inflation mondiale». 

M. Biden a déclaré qu’il était «prévisible» que la nouvelle première ministre ait été contrainte vendredi de revenir sur ses plans de réduction agressive des impôts sans identifier les économies de coûts, après que la proposition de Mme Truss a provoqué des turbulences sur les marchés financiers mondiaux.  Il s’agit d’une critique inhabituelle de la part d’un président américain sur les décisions de politique intérieure de l’un de ses plus proches alliés.

«Je n’étais pas le seul à penser que c’était une erreur, a déclaré M. Biden. Je ne suis pas d’accord avec la politique, mais cela dépend de la Grande-Bretagne.»

Les commentaires de Joe Biden sont intervenus après des semaines où les responsables de la Maison-Blanche ont refusé de critiquer les plans de Mme Truss, bien qu’ils aient souligné qu’ils surveillaient de près les retombées économiques.  

M. Biden parlait aux journalistes dans un magasin de crème glacée de l’Oregon où il s’est arrêté à l’improviste pour promouvoir la candidature de Tina Kotek, candidate démocrate au poste de gouverneur, alors que les démocrates de tout le pays sont confrontés à un environnement politique difficile au milieu des critiques du Parti républicain sur leur gestion de l’économie.

M. Biden a déclaré qu’il n’était pas préoccupé par la force du dollar – il a établi un nouveau record par rapport à la livre sterling ces dernières semaines – qui profite aux importations américaines, mais rend les exportations du pays plus chères pour le reste du monde.

Le président a affirmé que l’économie américaine est très forte. 

«Je suis préoccupé par le reste du monde, a-t-il ajouté. Le problème est le manque de croissance économique et de politique saine dans d’autres pays.»

M. Biden a déclaré: «C’est l’inflation mondiale, c’est conséquent.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.