«Combien d’autres carnages sommes-nous prêts à accepter?», déclare Joe Biden

WASHINGTON — Le président américain Joe Biden a lancé un vibrant appel au Congrès pour qu’il agisse sur le contrôle des armes à feu, jeudi soir, dans un discours à la nation, exhortant les législateurs à rétablir les restrictions sur la vente d’armes d’assaut et de chargeurs de grande capacité après une série de fusillades de masse dans le pays.

Si les législateurs ne sont pas prêts à agir, a prévenu le président, les électeurs devraient montrer leur indignation pour faire de la violence armée un enjeu central des élections de mi-mandat en novembre.

Prenant la parole depuis la Maison-Blanche, M. Biden a tenté d’augmenter la pression sur le Congrès pour qu’il adopte des mesures plus strictes sur les armes à feu après l’échec d’efforts antérieurs dans la foulée d’autres tueries.

«Combien d’autres carnages sommes-nous prêts à accepter?», a déclaré M. Biden, à la suite de la fusillade de la semaine dernière au cours de laquelle un homme armé de 18 ans a tué 19 élèves et deux enseignantes dans une école primaire à Uvalde, au Texas, et d’une autre attaque mercredi à Tulsa, dans l’Oklahoma, où un homme armé a tué par balle quatre personnes et s’est enlevé la vie dans un centre de santé.

Et ces drames sont survenus après l’assaut du 14 mai à Buffalo, dans l’État de New York, où un jeune Blanc de 18 ans portant un équipement militaire et diffusant ses actions en direct sur les réseaux a ouvert le feu avec un fusil dans un supermarché dans un quartier à prédominance afro-américaine, tuant 10 personnes et en blessant trois autres dans ce que les autorités ont décrit comme de «l’extrémisme violent à motivation raciale».

M. Biden a reconnu les vents politiques contraires tandis qu’il cherche à pousser l’adoption de mesures plus strictes sur les armes à feu. Il a affirmé que si le Congrès ne voulait pas embrasser toutes ses propositions, les législateurs devaient à tout le moins trouver des compromis sur d’autres mesures, comme restreindre l’accès aux armes à feu pour les gens avec des troubles mentaux ou relever l’âge minimum pour l’achat d’armes d’assaut de 18 à 21 ans.

«Cette fois, nous devons prendre le temps de faire quelque chose», a déclaré M. Biden, lançant un appel au Sénat, où le vote de dix républicains serait nécessaire pour adopter les propositions.

Toutes les principales chaînes de télévision ont rompu avec la programmation régulière pour diffuser le discours du président Biden à 19h30 (heure de l’Est), avant le début des émissions aux heures de grande écoute. La Maison-Blanche avait déclaré que le président s’attaquerait aux «tueries de masse tragiques et à la nécessité pour le Congrès d’adopter des lois de bon sens pour lutter contre l’épidémie de violence armée qui emporte des vies chaque jour».

M. Biden a utilisé des discours à la nation dans le passé pour parler de la pandémie de coronavirus et du retrait chaotique des forces américaines d’Afghanistan. Mais le président a utilisé ces discours avec parcimonie au cours de ses près de 18 mois au pouvoir, en particulier ceux prononcés en soirée.

Plus tôt jeudi, la vice-présidente Kamala Harris a parlé de la fusillade dans l’Oklahoma, en disant: «Nous tenons tous les habitants de Tulsa dans nos cœurs, mais nous réaffirmons également notre engagement à adopter des lois de bon sens sur la sécurité des armes à feu.»

«Plus d’excuses. Les pensées et les prières sont importantes, mais pas suffisantes, a déclaré Mme Harris. Nous avons besoin que le Congrès agisse.»

Avant de souligner le Memorial Day lundi, M. Biden a déclaré aux journalistes à la Maison-Blanche qu’il pourrait y avoir un soutien bipartisan pour resserrer les restrictions sur le type d’armes de grande puissance utilisées par le tireur à Uvalde. Mais il a également noté que, bien qu’il ait pris certaines mesures par décret, il n’avait pas le pouvoir en tant que président de «proscrire une arme».

Il a également déclaré que «les choses sont devenues si graves que tout le monde devient plus rationnel, du moins c’est mon espoir», ajoutant: «Il y a une prise de conscience de la part de républicains rationnels» qui réalisent que «nous ne pouvons pas continuer dans la même voie».

Son discours de jeudi soir coïncide avec des pourparlers bipartites qui s’intensifient au sein d’un noyau de sénateurs discutant de modestes changements de politique sur les armes à feu. La sénatrice républicaine Susan Collins, du Maine, a déclaré que le groupe «fait des progrès rapides» et M. Biden a parlé au sénateur du Connecticut Chris Murphy, qui figure parmi ceux qui dirigent les efforts du parti sur la question.

Les discussions privées au Sénat, divisé en deux entre les démocrates et les républicains, ne devraient pas produire le genre de réformes poussées envisagées par la Chambre des représentants dirigé par les démocrates – qui a approuvé une vaste législation sur les vérifications des antécédents et se penchera ensuite sur une interdiction des armes d’assaut.

Mais même une pièce législative de la Chambre qui était débattue jeudi, qui est moins radicale, mais comprend une disposition portant l’âge requis pour acheter des armes à feu semi-automatiques à 21 ans, présente de minces chances d’être approuvée au Sénat.

Au lieu de cela, les sénateurs bipartites proposeraient un ensemble plus progressif qui augmenterait le financement fédéral pour soutenir les efforts de sécurité des armes à feu des États – avec des incitations pour renforcer la sécurité des écoles et les ressources en santé mentale. Le morceau peut également encourager les «lois du drapeau rouge» pour éloigner les armes à feu de ceux qui pourraient faire du mal.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.