Biden signe une loi sur le mariage gai alors que les démocrates manquent de temps

WASHINGTON — Le président américain Joe Biden a promulgué de nouvelles protections fédérales pour le mariage entre conjoints de même sexe – une mesure visant à défendre les libertés civiles contre ce qu’il a décrit comme une Cour suprême «extrême».

«L’amour, c’est l’amour», a déclaré M. Biden devant une vaste foule brandissant des drapeaux arc-en-ciel sur la pelouse sud de la Maison-Blanche, mardi.

Le président des États-Unis a applaudi la loi bipartite «Respect for Marriage Act».

Le Congrès a adopté le projet de loi, a-t-il dit, «parce qu’une Cour suprême extrême a supprimé le droit important pour des millions d’Américains qui existait depuis un demi-siècle» – une référence à la décision controversée de juin d’annuler Roe v. Wade.

Cette décision, qui a rétabli le droit des États d’interdire l’avortement, comprenait également de graves menaces pour d’autres droits de la personne fondés sur la vie privée, a soutenu M. Biden, notamment le mariage interracial et l’utilisation de la contraception.

Le dirigeant américain a imploré le Congrès d’adopter le projet de loi sur les droits civils des communautés LGBTQ connu sous le nom de loi sur l’égalité.

«Nous devons contester les centaines de lois insensibles et cyniques introduites dans les États ciblant les enfants transgenres, terrifiant les familles et criminalisant les médecins qui donnent aux enfants les soins dont ils ont besoin. Nous devons protéger ces enfants, afin qu’ils sachent qu’ils sont aimés.»

Le Congrès a présenté la loi sur le respect du mariage en juillet, peu de temps après la décision de la Cour suprême sur l’avortement et son avis concordant du juge Clarence Thomas, qui a suggéré au tribunal de «reconsidérer» les décisions clés sur la contraception et les droits des personnes de même sexe.

Plusieurs ont ressenti l’urgence d’adopter le projet de loi lorsque les républicains ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, le mois dernier, au terme des élections de mi-mandat.

Helen Kennedy, directrice générale d’Egale Canada, a décrit l’adoption de la loi comme un moment doux-amer.

Mme Kennedy dit que la nouvelle loi, bien qu’importante, représente une autre étape dans une bataille sans fin pour les droits des personnes de même sexe qui est en cours depuis des décennies.

«C’est fantastique pour la communauté gaie aux États-Unis de savoir qu’elle a un président qui la soutient et croit en son droit d’exister», a-t-elle déclaré en entrevue.

«En même temps, nous devons penser aux autres qui n’ont pas ces privilèges, et il reste encore beaucoup de travail à faire.»

La loi ne garantit pas les droits au mariage homosexuel; cela repose toujours principalement sur une décision historique de la Cour suprême de 2015 qui a déterminé qu’ils sont protégés par la Constitution américaine.

Si cette décision était annulée, la question de savoir s’il faudrait délivrer des licences de mariage homosexuel reviendrait aux États, tout comme l’annulation en juin de Roe c. Wade a rétabli la capacité d’interdire l’avortement au niveau des États.

En abrogeant la Loi sur la défense du mariage, la nouvelle loi consacrera la reconnaissance fédérale du mariage homosexuel et obligera les États à respecter les mariages existants, dont ceux célébrés dans d’autres États.

Les crimes haineux en hausse

La loi ne fait rien pour lutter contre une vague croissante de crimes violents contre la communauté LGBTQ. Par exemple, le mois dernier, une fusillade de masse dans une discothèque de Colorado Springs a tué cinq personnes et en a blessé 19.

«Notre travail n’est pas terminé», a déclaré la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, qui a cité un certain nombre d’autres projets de loi sur les droits des LGBTQ qui ont été adoptés pendant son mandat, y compris l’abrogation en 2010 d’une politique dans les forces armées connue sous le nom de «Don’t Ask, Don’t Tell.»

De nouvelles données des forces de l’ordre publiées lundi n’ont brossé qu’un portrait partiel de la haine aux États-Unis, en raison de modifications des normes de déclaration qui ont empêché un certain nombre de grands organismes policiers d’accéder aux données de 2021.

Sur les 7303 crimes haineux répertoriés en 2021 par le FBI, la majorité d’entre eux – 62 % – étaient motivés par la haine raciale. L’orientation sexuelle était la deuxième catégorie en importance avec 16 %, tandis que 4 % concernaient l’identité de genre.

Les chiffres sont loin d’être totalement représentatifs sur le plan national, puisque les changements dans les normes de déclaration ont entraîné l’exclusion de plusieurs grandes juridictions policières en Floride, à New York, en Californie et ailleurs.

En utilisant ses propres statistiques, le Center for the Study of Hate and Extremism de la California State University, à San Bernardino, a publié une étude distincte plus tôt cette année qui a révélé une augmentation de 20 % des crimes haineux dans tous les domaines en 2021, dont un pic de 51 % de la criminalité anti-LGBTQ.

Cela est la réalité quotidienne des personnes LGBTQ, indépendamment de ce que les tribunaux et les législateurs peuvent dire ou faire, souligne Mme Kennedy.

«Lorsque vous faites partie d’un groupe marginalisé, vous êtes toujours une cible. Peu importe ce que dit la loi, car vous n’avez pas changé la culture – la culture ne change pas simplement parce qu’il y a une loi en place», a-t-elle fait remarquer.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.