Biden subit de la pression pour publier sa liste de candidats à la Cour suprême

ATLANTA — Joe Biden résiste aux appels du président Donald Trump et même de certains collègues démocrates pour publier sa liste de candidats potentiels à la Cour suprême sept mois après avoir promis d’y nommer la première femme noire.

Certains à gauche suggèrent que la description des choix potentiels aiderait M. Biden à susciter l’enthousiasme dans les dernières semaines de la campagne, en particulier après avoir déjà sélectionné la sénatrice californienne Kamala Harris comme colistière, faisant d’elle la première femme noire sur un ticket présidentiel majeur. M. Trump, quant à lui, est impatient de se pencher sur une éventuelle liste pour trouver des candidats qui viendraient alimenter sa représentation de son rival comme un libéral extrême.

M. Trump a contribué à placer la Cour suprême directement dans la campagne présidentielle en 2016 en prenant la décision sans précédent de publier une liste de juges candidats potentiels avant son élection, un geste qui a aidé à rallier les conservateurs qui l’ont finalement mené à la victoire.

Mais certains des alliés de M. Biden affirment qu’une telle liste ne profiterait pas autant au candidat démocrate et pourrait lui causer du tort en distrayant les électeurs de la gestion de la pandémie par M. Trump et en accordant au leader républicain le carburant pour suggérer que les choix de M. Biden sont trop loin à gauche.

«Pourquoi jouer le jeu de Trump?», a demandé Karen Finney, une éminente stratège démocrate afro-américaine.

Le sénateur du Delaware, Chris Coons, protégé et confident de M. Biden, a souligné les 36 années d’expérience au Sénat de l’ancien vice-président et sa réputation de pragmatiste libéral comme une assurance suffisante pour les électeurs.

«Il n’a pas besoin de publier de quelconques listes pour que les démocrates se sentent rassurés sur ses valeurs et ses priorités», a déclaré M. Coons, arguant que les électeurs de tous bords savent que M. Biden désignerait des «juristes hautement qualifiés de courant dominant».

Pourtant, l’enjeu représente une corde raide bien connue pour M. Biden. Le candidat démocrate est une figure de l’establishment de centre-gauche qui vise une large coalition idéologique pour vaincre M. Trump à une époque où les voix les plus fortes viennent des pôles aux extrémités politiques.

M. Trump a offert un aperçu la semaine dernière, mettant M. Biden au défi d’établir sa liste de candidats tout en esquissant une caricature de «juges radicaux» qui videraient les droits du deuxième amendement, retireraient «Dieu» du serment d’allégeance et déclareraient la peine de mort inconstitutionnelle. Le sénateur de l’Iowa Chuck Grassley, ancien président de la magistrature du Sénat, a poursuivi mercredi en exhortant M. Biden à ne pas «cacher» ses intentions pour le tribunal.

À gauche, le groupe Demand Justice souhaite que les démocrates investissent également le terrain de la politique judiciaire dans leur campagne, tandis qu’un deuxième groupe, She Will Rise, sensibilise à la possibilité qu’une femme noire rejoigne le plus haut tribunal.

Parmi les têtes d’affiche sur la liste de M. Trump figurent le sénateur du Texas Ted Cruz et le sénateur de l’Arkansas Tom Cotton.

Laisser un commentaire
Les plus populaires