Bilan de session: Québec a fait adopter 17 nouvelles lois malgré la pandémie

QUÉBEC — La pandémie a fait ombrage au travail des parlementaires depuis le mois de mars, ce qui ne les a pas empêchés de mener à bien leur travail de législateur: pas moins de 17 nouvelles lois ont été adoptées durant la session qui a pris fin vendredi.

Les élus de l’Assemblée nationale ont échangé leurs voeux du temps des Fêtes vendredi matin, en se disant au revoir, en attendant de reprendre leurs travaux le 2 février, pour une année qui s’annonce fort occupée sur le plan législatif, notamment avec une nouvelle mouture très attendue de la loi 101. 

Le gouvernement aura réussi à faire adopter 17 lois, dont une in extremis en fin de journée vendredi. Il s’agit du projet de loi 72, qui donnera un peu d’oxygène aux restaurateurs. Ces derniers ont finalement eu gain de cause et pourront désormais livrer de l’alcool avec des repas prêts à emporter, en ayant recours à des tiers (Uber Eats ou autre). Quand les restaurants vont pouvoir rouvrir leurs portes en zone rouge, ils pourront aussi servir de l’alcool à un client sans nécessairement l’accompagner d’un repas.

Mais le projet de loi auquel tenait le plus le gouvernement et qu’il a réussi cette fois à faire passer, après avoir essuyé un premier échec au printemps, est le projet de loi 66, qui vise à accélérer le processus d’évaluation de près de 200 projets d’infrastructures. Un projet de loi semblable (61) s’était cassé les dents, devant le front commun des trois partis d’opposition.

Le projet de loi 66, piloté par la ministre Sonia LeBel, faisait partie de la stratégie de relance économique, chère au premier ministre François Legault.

«On va pouvoir démarrer plus rapidement qu’à l’habitude et ça va permettre de relancer, entre autres, l’économie puis, être capable aussi de donner à la population des infrastructures qui sont attendues depuis longtemps», a-t-il fait remarquer, en conférence de presse, en faisant le bilan de la session parlementaire.

Le premier ministre retient aussi de cette session l’entente conclue récemment avec les infirmières, «un moment très important» qui viendra améliorer leurs conditions de travail. L’entente fait partie du processus de négociation du renouvellement des conventions collectives des employés de l’État, également mené par la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel. Le processus, qui devra inclure les augmentations de salaire, se poursuivra en 2021.

L’entente prévoit notamment des incitatifs pour que les infirmières à temps partiel acceptent de prendre des postes à temps plein, diminuant d’autant le problème de pénurie. Les infirmières sont «les héros de l’année», a-t-il dit, faisant référence à leur rôle central dans la lutte à la pandémie.

Sur le plan économique, le premier ministre estime que le gouvernement n’a pas chômé, en multipliant les efforts destinés à diminuer l’impact de la pandémie et des mesures sanitaires sur la santé de l’économie du Québec.

«On a été très proactifs, on a été la province qui a le plus aidé ses entreprises. Puis quand on regarde les chiffres, entre autres, les chiffres de chômage, on voit que c’est le Québec qui est la province qui relance le plus rapidement son économie», a-t-il dit.

Selon ses calculs, le Québec a retrouvé 97,5 % des emplois perdus depuis le mois de février. «Donc, il en reste 2,5 %: évidemment, hôtels, restaurants, compagnies aériennes, des endroits où c’est plus difficile», a-t-il reconnu.

Il a rappelé que son gouvernement cherchait à favoriser l’achat local, de même qu’à accroître l’autonomie du Québec, soit dans le secteur manufacturier, pour réduire les importations, soit dans le secteur de la production alimentaire, notamment par la multiplication des serres où pousseront fruits et légumes, grâce à des tarifs d’électricité préférentiels.

«J’en profite, d’ailleurs, pour lancer un message aux Québécois: achetons québécois. Donc, quand vous êtes capables d’acheter des produits qui sont fabriqués au Québec, bien, vous aidez les travailleurs qui sont dans ces secteurs-là», a-t-il fait valoir.

Il a aussi parlé des réalisations de son gouvernement en matière environnementale, avec le dépôt de son Plan pour une économie verte, basé sur l’électrification poussée des transports, individuels et collectifs.

Il promet des suites en 2021, avec «plus de trains, tramways, plus d’autobus, de camions électriques, plus d’aide aux entreprises qui peuvent passer à l’électricité». 

Laisser un commentaire