Bill Morneau espère le rejet du «Brexit»

TORONTO – Le ministre canadien des Finances croisait les doigts, jeudi, en attendant les résultats du référendum sur le «Brexit» au Royaume-Uni.

Lors d’une allocution à l’Economic Club du Canada, à Toronto, Bill Morneau a estimé que le Canada avait tout à gagner d’une Union européenne et d’un Royaume-Uni forts.

Les courtiers de change prédisent une baisse de valeur de la livre sterling si les Britanniques devaient opter pour une sortie de l’Union européenne. Mais le ministre Morneau a indiqué que le Canada gérait ses réserves monétaires «dans une perspective à long terme», et il ne craint donc pas une éventuelle volatilité des marchés de change.

M. Morneau a soutenu que l’accord de libre-échange conclu avec l’Union européenne serait «affaibli» si les Britanniques décidaient de se retirer de l’alliance.

Le premier ministre Justin Trudeau a laissé entendre par le passé qu’il serait difficile de conclure une entente similaire avec la seule Grande-Bretagne.

Le ministre Morneau a déjà estimé que l’«Accord économique et commercial global», conclu l’automne dernier, se traduirait par une hausse d’environ 20 pour cent du commerce et de 0,77 pour cent du produit intérieur brut canadien.