Blaine Higgs doit s’excuser d’ici vendredi, martèlent les avocats du Dr Ngola

FREDERICTON — Les avocats du médecin qui avait été la cible d’une pluie de commentaires haineux et racistes en ligne après avoir été accusé d’avoir enfreint les mesures sanitaires au Nouveau-Brunswick disent que le temps presse pour que le premier ministre Blaine Higgs s’excuse.

Le docteur Jean-Robert Ngola a été accusé d’avoir violé la Loi sur les mesures d’urgence de la province, mais la Couronne a retiré l’accusation la semaine dernière, après avoir conclu qu’il n’y avait aucune possibilité raisonnable de condamnation.

En mai 2020, le premier ministre Higgs avait souligné qu’«un travailleur de la santé» faisait l’objet d’une enquête de la Gendarmerie royale du Canada pour ne pas s’être placé en isolement, en commentant une éclosion qui a entraîné 40 cas de COVID-19 et deux décès. M. Higgs n’avait pas nommé le docteur Ngola mais son nom a ensuite été divulgué sur les réseaux sociaux.

Le médecin et ses avocats menacent maintenant d’intenter des poursuites judiciaires si M. Higgs ne s’excuse pas publiquement d’ici la fin de la semaine pour les déclarations faites l’année dernière. M. Higgs a déclaré mardi que si M. Ngola renonçait à ses droits à la protection de la vie privée, alors toutes les informations de l’affaire pourraient être rendues publiques — ce qui mettrait fin à la discussion, selon le premier ministre.

L’avocat de M. Ngola, Joël Étienne, a déclaré mercredi dans une entrevue que M. Higgs devait s’excuser, ajoutant qu’une conférence de presse aura lieu vendredi pour discuter des prochaines étapes pour son client.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.