Le «blackface» continue de hanter la campagne fédérale, sauf au Québec

Les jours se suivent et se ressemblent pendant la campagne électorale fédérale, même en l’absence du chef libéral Justin Trudeau et de son homologue conservateur Andrew Scheer.

Le néo-démocrate Jagmeet Singh et la cheffe du Parti vert Elizabeth May ont dû composer avec la controverse entourant la parution de photographies du visage grimé de noir de Justin Trudeau. Le Québec a échappé à la tourmente.

Le chef bloquiste a tenté de profiter de la fenêtre médiatique qu’il disposait pour marteler de nouveau sur le clou de l’environnement.

«Pas l’environnement en tant que reproches, mais en tant que création de plus de richesse pour le Québec», a tenu à préciser Yves-François Blanchet.

Il a réclamé le retour du programme d’aide à la rénovation ÉcoÉnergie aboli en 2012 par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, qui visait à rendre les résidences plus vertes.

Celui-ci permettait notamment d’améliorer l’isolation, de remplacer les portes et les fenêtres ou encore de modifier la source d’alimentation en chauffage. Le Bloc québécois propose de faire revivre le programme en accordant une aide maximale de 5000 $ à chaque propriétaire de maison ou pour chaque unité de logement locatif. De nouvelles modalités s’appliqueraient aussi aux immeubles commerciaux et industriels ainsi qu’aux bâtiments agricoles.

Le chef du Bloc québécois a aussi présenté six mesures visant à favoriser la relève agricole. Tout le programme nécessiterait un investissement de 100 millions $ par année.

«Lorsqu’on parle de transfert d’exploitations agricoles au Québec, on touche à une fibre extrêmement sensible pour les régions. On touche à la peur qu’on a de voir notre modèle agricole être dilué, se dissiper», a commenté M. Blanchet.

Ce que demande les bloquistes, c’est un congé de cotisation de cinq ans aux programmes Agri-stabilité et Agri-protection pour les producteurs prenant la relève d’une entreprise; un prêt sans intérêt pour appuyer la mise de fonds au moment de l’achat d’une entreprise agricole; l’élargissement de l’exemption limitant le gain en capital imposable pour qu’elle s’applique lors du transfert de l’entreprise au sein de la famille.

Une conversation Trudeau-Singh ?

À la suite de la publication des photos compromettantes de Justin Trudeau, les libéraux avaient contacté les néo-démocrates pour organiser un entretien avec Jagmeet Singh, la seule personne racisée à diriger l’un des principaux partis fédéraux.

Le chef néo-démocrate a précisé samedi que la rencontre n’avait pas encore eu lieu. Il a dit avoir accepté l’invitation, mais à condition que leurs échanges demeurent privés. En début de soirée, samedi, un porte-parole du Parti libéral a indiqué que la condition posée par M. Singh a été acceptée, mais que la date d’une rencontre n’a pas encore été établie.

«Je ne veux pas être instrumentalisé pour exonérer M. Trudeau, a fait valoir M. Singh. Je ne veux pas être impliqué dans un exercice de relations publiques.»

M. Singh a expliqué sa position en point de presse à Toronto, à l’issue d’une table-ronde avec des jeunes leaders communautaires racisés. «Je veux utiliser ma tribune pour amplifier vos voix», leur a-t-il lancé.

Il a saisi l’occasion pour présenter les engagements du NPD en matière de lutte au racisme systémique. Il propose notamment d’interdire les pratiques policières discriminatoires au sein de la Gendarmerie royale du Canada, comme les contrôles d’identité de routine.

Plus tôt, M. Singh avait courtisé les travailleurs contractuels et à temps partiel, en rejetant l’idée selon laquelle les emplois précaires constituent une réalité avec laquelle il faut simplement apprendre à composer.

Il propose notamment de modifier les règles de l’assurance-emploi pour que les travailleurs qui retournent aux études y soient dorénavant admissibles.

Le NPD s’engage également à fixer le salaire minimum fédéral à 15 $ l’heure et à interdire les stages non rémunérés en dehors des programmes d’enseignement.

De l’ombrage aux verts

La controverse a porté ombrage à une importante annonce électorale des verts.

De passage à Winnipeg, Elizabeth May a annoncé de son parti à décriminaliser la possession de toutes les drogues actuellement illégales afin de résoudre la crise des opioïdes. Selon elle, il faut que cet enjeu ne soit plus traité «comme un problème criminel», mais comme «un problème de santé».

Mais l’annonce est presque passée inaperçue puisque la cheffe de la formation a dû passer plus de temps à commenter les photographies de Trudeau que de parler de l’engagement de son parti.

Mme May semblait être plus encline à absoudre M. Trudeau. Un de ses propres candidats vedettes à Terre-Neuve-et-Labrador a reconnu lui-même avoir coloré sa peau dans le passé.

Greg Malone, qui se présente dans la circonscription d’Avalon, a raconté qu’il avait teint sa peau pour interpréter Mahatma Gandhi dans un sketch diffusé pendant un épisode de la série CODCO, une émission humoristique de la CBC dans les années 1980 et 1990. M. Malone en en parlé dans un article publié sur le site internet de la société d’État. Il y soutient que les Blancs doivent faire un plus grand effort pour se placer dans les souliers des minorités visibles.

Le chef du Parti populaire Maxime Bernier menait campagne dans le nord de l’Ontario.