Boko Haram mène des attaques meurtrières dans quatre villages du nord du Nigéria

MAIDUGURI, Nigéria — Des attaques menées par des hommes armés soupçonnés d’être des rebelles djihadistes de Boko Haram ont tué au moins 10 personnes dans l’État de Borno, dans le nord du Nigéria, au cours des derniers jours, selon des résidents.

Les assaillants s’en sont pris à quatre villages, selon le gouvernement de l’État de Borno qui a confirmé les attaques, mais a estimé le nombre de victimes à trois morts.

Cependant, des habitants ont déclaré qu’au moins 10 personnes avaient été tuées.

La première attaque a eu lieu contre la ville d’Azare, où des insurgés ont frappé des bureaux du gouvernement et incendié un poste de police. Des coups de feu ont été entendus alors que des soldats combattaient les assaillants.

Un soldat, un officier et un combattant local ont été tués à Azare, ont indiqué des habitants.

Une autre attaque a eu lieu à Shaffa, a déclaré le résident Ibrahim Buba, qui a affirmé avoir passé la nuit à se cacher dans la brousse. Il a indiqué que son oncle, un ami et cinq autres personnes avaient été tués dans l’attaque.

Le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, s’est rendu dimanche à Shaffa et dans d’autres villages.

Les assaillants ont visé des écoles, des magasins et des lieux de culte dans quatre villages, selon un communiqué du porte-parole du gouverneur, Isa Gusau.

«Des milliers de sacs de produits agricoles récemment récoltés par les agriculteurs ont été pillés par les insurgés qui ont également vidé les magasins et les étals des marchés», indique le communiqué. «Le gouverneur a inspecté tous les biens détruits et a ordonné la reconstruction immédiate du poste de police, des étals de marché et d’autres biens.»

À Shaffa, le gouverneur a salué les efforts du chef de l’unité de défense locale pour protéger le village. Le gouverneur a ordonné que six véhicules de patrouille et que d’autres équipements de surveillance remplacent ceux pillés par les djihadistes présumés.

Les attaques contre ces villages sont les premières depuis des années dans la partie sud de l’État de Borno.

– Par Haruna Umar, The Associated Press

Laisser un commentaire