Bombardier: il est temps pour Ottawa de se faire une idée, dit Carlos Leitao

MONTRÉAL – Même s’il y a moins urgence d’agir, le temps est venu pour le gouvernement Trudeau de dire s’il investira ou non dans la CSeries de Bombardier, croit le ministre québécois des Finances, Carlos Leitao.

Au cours d’une conférence organisée par l’agence Bloomberg à New York, mardi, M. Leitao a affirmé que peu importe la décision, il était important pour Ottawa de clarifier ses intentions.

«Nous n’arrêtons pas de leur dire de se faire une idée, a-t-il affirmé. Il revient au fédéral de participer ou pas, mais qu’ils prennent au moins une décision.»

M. Leitao a rappelé que l’investissement de 1 milliard $ US du gouvernement Couillard dans la CSeries — finalisé en juin — avait permis de «stabiliser» le programme en plus d’aider Bombardier (TSX:BBD.B) à décrocher d’importantes commandes auprès d’Air Canada (TSX:AC) ainsi que du transporteur américain Delta Air Lines.

Environ la moitié de ce montant a également permis au constructeur d’avions et de trains d’octroyer d’importants rabais aux deux sociétés aériennes.

D’après divers médias, les actions à droit de vote multiple, qui permettent à la famille Beaudoin-Bombardier de contrôler 53,23 pour cent des droits de vote de l’entreprise, figureraient parmi les points de désaccord et auraient incité la société à rejeter la proposition initiale d’Ottawa.

«Je crois (qu’un investissement fédéral) serait dans l’intérêt de tout le Canada parce quand vous y pensez, la CSeries est le plus important projet de recherche et développement au pays», a estimé M. Leitao.

Le ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, n’a pas voulu commenter directement les propos formulés par le ministre québécois des Finances.

Par courriel, son attaché de presse, Philip Proulx, s’est limité à dire que les discussions se «poursuivent» avec Bombardier.

«Tel que nous l’avons indiqué, nous souhaitons faire partie d’une solution qui assurera la vitalité à long terme du secteur aérospatial, a-t-il écrit. Pour nous, il est notamment important d’assurer des emplois, des investissements en recherche et développement ainsi que le maintien du siège social au Canada.»

Bombardier ne livrera que sept CSeries — comparativement à sa prévision de 15 appareils — cette année étant donné que le constructeur du moteur de l’appareil, Pratt & Whitney, connaît des ratés avec sa cadence de production.

Les plus populaires