«Bonne fête» illégal: la candidate Gertrude Bourdon s’excuse du bout des lèvres

QUÉBEC — La candidate libérale dans la circonscription de Jean-Lesage, Gertrude Bourdon, s’est finalement excusée du bout des lèvres, mercredi, pour avoir enfreint la loi en utilisant des données personnelles des électeurs pour leur souhaiter «bonne fête».

Mme Bourdon, qui accompagnait son chef, Philippe Couillard, à l’Université Laval, s’est d’abord défendue d’entrer dans la vie privée des gens, en disant avoir le droit de le faire en campagne électorale.

Elle a expliqué transmettre des voeux d’anniversaire à ses électeurs par gentillesse, dans le but de gagner des appuis.

Pressée de questions sur le sujet, elle a ensuite convenu du bout des lèvres avoir commis une «erreur».

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) fournit aux candidats le prénom, le nom, l’adresse, le sexe ainsi que la date de naissance des électeurs à l’approche d’un scrutin. 

Ces renseignements sont cependant strictement confidentiels.

Ils ne peuvent être utilisés qu’à des fins électorales, c’est-à-dire pour inviter une personne à aller voter ou contribuer à un parti politique, par exemple.

D’ailleurs, le DGEQ confirme dans un document sur la confidentialité des listes électorales qu’un candidat ne peut «se servir de la liste électorale pour transmettre des voeux d’anniversaire aux électeurs».

Mercredi matin, le quotidien Le Soleil rapportait que Mme Bourdon souhaite «bonne fête» à ses électeurs depuis le début de la campagne, à partir des renseignements fournis par le DGEQ, ce que l’aspirante ministre de la Santé a plus tard confirmé en point de presse.

Le DGEQ avait forcé le député libéral André Drolet en 2015 à ne plus appeler les électeurs le jour de leur anniversaire.

M. Drolet avait tenté de faire infirmer la décision, sans succès.

Les plus populaires