Broncos de Humboldt: un accident qui réveille un douloureux souvenir

La collision meurtrière survenue entre un semi-remorque et l’autobus d’une équipe de hockey junior de la Saskatchewan, vendredi soir, a réveillé un douloureux souvenir au Québec.

Le 24 novembre 1974, le monde du hockey avait été secoué par une tragédie similaire, lorsque l’autobus qui transportait les Castors de Sherbrooke vers Chicoutimi s’est écrasé dans la réserve faunique des Laurentides. L’attaquant Gaétan Paradis y a laissé sa vie, à l’âge de 19 ans. 

«J’ai des joueurs qui ont joué dans la ligue nationale (…) et on parle encore de Gaétan et de ce qui est arrivé», souligne Georges Guilbault, qui était à l’époque directeur général et copropriétaire des Castors.

«Même si on a gagné plusieurs championnats, ça revient toujours», a-t-il confié à La Presse canadienne, visiblement bouleversé par la nouvelle de l’accident impliquant les Broncos de Humboldt.

L’équipe saskatchewanaise a pour sa part été décimée, avec 15 morts parmi les passagers de son autobus, dont l’entraîneur Darcy Haugan.

Cette histoire accompagnera les survivants toute leur vie, signale M. Guilbault, qui insiste sur l’importance de la communauté pour se remettre sur pied.

«Ça va (leur) prendre beaucoup de courage, avance-t-il. Ce sont des adolescents, ils sont forts, mais le message que j’ai à donner, c’est de rester soudés.»

Mathieu Boutin, un ancien joueur des Broncos, est certain que l’organisation pourra compter sur le soutien de la petite ville de Humboldt.

«C’est une communauté vraiment incroyable qui vibre hockey», se rappelle le Québécois, qui a évolué au sein de l’équipe lors de la saison 2006-2007.

Dans l’univers du hockey, personne ne sera indifférent au sort des Broncos, croit-il.

«C’est la réalité des équipes juniors, peu importe où elles sont au Canada: il y a beaucoup d’heures passées au quotidien à voyager à bord de l’autobus. C’est généralement là qu’on tisse de très bons liens», relève Mathieu Boutin.

«C’est vraiment tragique que des jeunes de 16, 17 et 18 ans vivent ça, se désole-t-il. Plus jamais un voyage d’autobus ne va se voir de la même façon pour eux.»

L’amphithéâtre de Humbolt accueillera une cérémonie dès dimanche, selon une prêtre anglicane locale.

«Tout ce qu’on peut faire, c’est se rassembler et partager la douleur», soutient Marie-Louise Ternier.

Les condoléances abondent sur les réseaux sociaux

Les échos se sont fait entendre jusqu’à Toronto où les Canadiens de Montréal affrontaient les Maple Leafs de Toronto.

«Au nom de l’organisation, je veux offrir nos pensées à toutes les familles affectées par la tragédie en Saskatchewan. En étant dans le métier du hockey, c’est une tragédie qui nous touche et tout le monde ressent la douleur qui existe dans ces situations-là», a réagi l’entraîneur Claude Julien sur le compte Twitter de l’équipe.

Son vis-à-vis, Mike Babcock, qui a grandi à Saskatoon, a exprimé sa peine pour les familles. «Cela vous arrache le coeur», a-t-il lancé.

Les joueurs des Canadiens étaient grandement attristés par la tragédie.

«Tout le monde a voyagé par autobus. On l’a tous fait. C’est une chose à laquelle tu ne t’attends pas, a déclaré l’attaquant Nicolas Deslauriers. Quand cela arrive, c’est tragiqu, c’est un choc!»

Même son de cloche chez la recrue Charles Hudon.

«C’est difficile d’entendre et de voir les images. Nous sommes tous touchés. On va voir voir ce qu’on peut faire pour les aider. On s’en est déjà parlé», a-t-il dit.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a remercié les premiers répondants et les professionnels de la santé pour leur travail.

«Les mots ne peuvent pas décrire le deuil que nous ressentons ce soir», a-t-il déclaré, quelques heures après l’accident.

Sur Twitter, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et plusieurs membres de son cabiniet ont transmis leurs condoléances aux proches des victimes.

«Je ne peux imaginer ce que peuvent vivre ces parents… je suis de tout cœur avec toutes les personnes éprouvées par cette terrible tragédie, dans la communauté de Humboldt et ailleurs», a écrit Justin Trudeau.

Plusieurs équipes de la Ligue de hockey junior majeure du Québec, dont les Saguenéens de Chicoutimi et les Cataractes de Shawinigan, ont également tenu à exprimer leur sympathie.

«Nous sommes tous sous le choc, car comme toutes les organisations de hockey au Canada, saison après saison, notre équipe parcourt des milliers de kilomètres pour permettre à nos joueurs de performer, mais aussi pour une seule et unique raison, soit la passion du hockey qui nous habite tous», a déclaré le président des Remparts de Québec, Jacques Tanguay.