Budget de la défense: Donald Trump s’en prend aux élus républicains

WASHINGTON — Le président sortant des États-Unis, Donald Trump, s’en est pris aux élus républicains, mardi, après que la Chambre des représentants eut facilement passé outre son veto contre le projet de loi sur la politique budgétaire de défense.

La veille, pas moins de 109 républicains — dont la représentante du Wyoming Liz Cheney, qui est membre de la direction du parti —  se sont joints aux démocrates pour approuver la dérogation, qui serait la première de la présidence de Donald Trump. 

Le Sénat, de son côté, doit se prononcer plus tard cette semaine.

Donald Trump a critiqué virulemment les législateurs de son propre camp sur Twitter, affirmant que le « »leadership » républicain faible et vétuste» laissera couler l’adoption du projet de loi.

Le président défait a qualifié le vote de dérogation d’«acte honteux de lâcheté et de soumission totale de gens faibles» face aux géants de la technologie. 

Le vote de 322 contre 87 à la Chambre des représentants permet à la mesure de dérogation de cheminer jusqu’au Sénat.

Le chef de la majorité républicaine à la chambre haute, Mitch McConnell, souhaite un vote dès mercredi. Le sénateur indépendant du Vermont, Bernie Sanders, s’oppose toutefois à sa tenue avant que M. McConnell n’autorise un vote pour porter de 600 à 2000 $ US l’aide financière d’urgence devant être versée aux Américains, comme le souhaite également M. Trump.

Mitch McConnell a fait valoir mardi que l’approbation de la Loi d’autorisation de la Défense nationale (NDAA) de 740 milliards $ US est cruciale pour «détourner les grandes puissances rivales comme la Chine et la Russie». Le projet de loi «consolidera notre avantage sur les eaux, sur terre, dans les airs, dans le cyberespace et dans l’espace», a-t-il déclaré.

Le texte législatif prévoit également une augmentation de salaire de 3% pour les militaires américains, des améliorations à leurs logements, les services de garde d’enfants et plus encore, a souligné M. McConnell.

Donald Trump a brandi son veto la semaine dernière, insatisfait des mesures prises à l’égard des réseaux sociaux qui, à ses yeux, se sont montrés biaisés contre lui lors de l’élection présidentielle. Le président s’oppose également à la possibilité de renommer des bases militaires qui rendent hommage à des dirigeants confédérés.

– Par Matthew Daly, The Associated Press

Laisser un commentaire