C.-B.: des manifestants peuvent être expulsés d’un barrage hydroélectrique

VANCOUVER – Un juge a permis à Hydro Colombie-Britannique d’expulser des manifestants qui ont érigé des tentes sur le site du barrage du Site C, près de Fort St. John­.

Le jugement signifie que les manifestants n’ont pas le droit d’obstruer le projet hydroélectrique, qui a l’approbation nécessaire du gouvernement provincial et du gouvernement fédéral.

Les dirigeants avaient plaidé, la semaine dernière, que les actions d’un groupe de fermiers de Peace Valley et des Premières Nations étaient illégales et pourraient coûter des millions de dollars.

Les avocats d’Hydro Colombie-Britannique ont dit à la cour que les manifestants avaient érigé leur camp à la fin du mois de décembre et qu’ils avaient empêché les travailleurs de préparer le territoire pour la construction. Ils ont même allumé des feux de camp près des endroits où les arbres tombent et des travaux d’excavation.

Yvonne Tupper, des Premières Nations de Saulteau, a dit à l’extérieur du tribunal qu’Hydro Colombie-Britannique ne respectait pas les droits de l’Association tribale Treaty 8 et que le projet devrait être mis en attente pendant que les contestations judiciaires ont lieu en cour.

Le barrage de 8,8 milliards $ inondera des terres agricoles et des sites archéologiques appartenant aux Premières Nations ainsi que des endroits de chasse et de pêche.