C-B: le chef de l’Autorité provinciale des services de santé a quitté son poste

VICTORIA — Le chef de l’Autorité provinciale des services de santé en Colombie-Britannique ne travaille plus avec l’organisation, dans la foulée d’allégations liées à des dépenses abusives pour divers articles, dont 7 millions $ pour des respirateurs qui ne répondaient pas aux normes provinciales.

Le départ de Benoit Morin a été annoncé mardi par l’autorité sanitaire, quelques heures après que le gouvernement eut publié un rapport qu’il avait commandé sur les allégations.

L’autorité sanitaire a affirmé que M. Morin «a quitté l’organisation» et a été remplacé.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a déclaré dans un communiqué que «les Britanno-Colombiens doivent avoir confiance dans le système de santé et savoir qu’il est financé de manière responsable, transparente et dans leur intérêt primordial».

«C’étaient de sérieuses préoccupations, et je suis reconnaissant qu’elles aient été soulevées.»

Le cabinet Ernst & Young dit dans son rapport qu’il s’est penché sur des allégations de conflit d’intérêts en raison d’une relation possible entre M. Morin et une entreprise montréalaise qui a vendu des respirateurs au printemps dernier.

Selon le rapport, certains des respirateurs ont été jugés contrefaits, mais les conclusions suggèrent qu’il n’y avait aucune relation préexistante entre M. Morin et quiconque au sein de l’entreprise, identifiée par le ministère de la Santé comme étant Luminarie.

Le rapport indique par ailleurs que M. Morin n’était pas d’accord avec son personnel des finances sur la question de savoir si une radiation d’environ 7 millions $ devrait être comptabilisée dans ses états financiers pour l’exercice se terminant le 31 mars 2020.

Le cabinet a également révélé d’autres préoccupations qui n’étaient pas directement liées à son mandat, notamment le coût des rénovations des bureaux de la haute direction et les décisions d’embauche et de rémunération au sein du bureau de M. Morin.

Laisser un commentaire