C-B: le vaccin contre le VPH réduit le taux de lésions précancéreuses

VANCOUVER — Le taux de lésions précancéreuses détectées chez les femmes de la Colombie-Britannique a chuté de plus de la moitié, un déclin que l’on attribue au programme de vaccination scolaire contre le virus du papillome humain (VPH) de la province.

Une étude publiée par le Journal of Infectious Diseases précise que les femmes qui ont participé au programme de prévention de cette infection transmissible sexuellement ont vu leur incidence de cellules précancéreuses reculer de 57 pour cent, comparativement aux femmes qui n’ont pas été vaccinées.

Le programme est en place dans les écoles publiques de la province depuis 12 ans. Les premières femmes à avoir été vaccinées en sixième année participent à un programme de dépistage, permettant aux chercheurs de comparer la santé des femmes vaccinées à celles des femmes non vaccinées.

Le VPH est courant chez les hommes et les femmes.

La maladie se propage facilement lors d’un contact sexuel. La plupart des infections au VPH disparaissent d’elles-mêmes, mais certaines lésions précancéreuses peuvent se transformer en cancer si elles ne sont pas traitées.

Le Partenariat canadien contre le cancer indique que la vaccination contre le VPH est offerte aux enfants de toutes les provinces et tous les territoires, habituellement entre la quatrième et la septième année.

Le VPH est la cause de pratiquement tous les cancers du col.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire