Campagne de Noeudvembre: Jean Pagé est fier de ceux qui ont repris le flambeau

MONTRÉAL — Le mois de novembre est celui de la sensibilisation au cancer de la prostate, une cause que l’ancien animateur sportif Jean Pagé, frappé à nouveau par cette maladie, suit cette fois à distance par l’entremise des médias et des réseaux sociaux.

«Il est à la maison. Il est en processus de fin de vie», rappelle son ami Laurent Proulx, président directeur général de l’organisme PROCURE auquel Jean Pagé était associé à titre d’ambassadeur depuis 15 ans pour inciter les hommes à se faire diagnostiquer tôt et à briser l’isolement.

«Jean a quand même un bon moral (…) Il va regarder Facebook. Il regarde notamment sa fille cette année qui est une ambassadrice de Noeudvembre. Elle a participé à quelques émissions de radio et Jean me mentionnait qu’il nous avait écoutés et qu’il avait trouvé ça intéressant d’être à l’autre bout et d’écouter les messages de sensibilisation qui sont faits cette fois-ci par sa fille.»

En entrevue à La Presse canadienne, Isabelle Pagé a parlé du combat de son père pour briser les tabous entourant le cancer de la prostate chez les hommes et de son cheminement face à cette maladie qui l’a touché deux fois plutôt qu’une.

«Papa va très bien dans les circonstances. Il y a des journées qui sont plus difficiles que d’autres, mais il est bien entouré. Il a la chance d’être à la maison avec sa conjointe qui s’en occupe de façon formidable. C’est sûr que nous, les quatre enfants, on est très présents auprès de lui aussi.» 

Elle raconte aussi à quel point son père est touché par les hommages qui lui sont rendus. À peu près la moitié des 7000 noeuds papillon de la campagne de financement Noeudvembre ont été vendus jusqu’à présent, dont des coffrets d’édition limitée en l’honneur de son plus célèbre ambassadeur.

«C’est le coffret Noeudvembre édition Jean Pagé. Les quatre noeuds sont dessinés par [le créateur] Philippe Dubuc et le coffret se vend 500$, mais avec un reçu d’impôt de 250 $», précise Laurent Proulx fier de cette initiative pour remercier en même temps l’ex-animateur sportif qui a lui-même porté fièrement le noeud papillon durant plusieurs campagnes de sensibilisation.

Un geste que semble apprécier le principal intéressé, selon sa fille.  

«Papa a de la chance parce que la maladie ne l’affecte pas dans son mental. Il est encore tout là et la médication ne l’affaiblit pas trop à ce niveau-là. Il est conscient de tout ce qui se passe et il très fier aussi que tout le monde reprenne le flambeau et porte à bout de bras une cause, qui a été sa bataille», raconte Isabelle Pagé.   

«Vous savez, PROCURE fait parti de ma vie depuis toujours parce que papa a été diagnostiqué avec le cancer de la prostate il y a 24 ans. Il avait 49 ans. Donc, nous on a appris à vivre avec le cancer de la prostate. Les médicaments et la recherche ont permis à papa d’avoir une qualité de vie, malgré la maladie, et d’avoir aussi une vie prolongée.»

Taux de survie élevé

Au chaque année, plus de 4300 Québécois reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate, mais les chances de survie sont de plus de 95 pour cent après de cinq ans lorsque la maladie est décelée rapidement, selon le pdg de PROCURE.

«On sait toutefois que les hommes ont plus tendance à rentrer au garage lorsqu’il y a une lumière qui apparaît sur le tableau de bord de leur voiture que lorsqu’il y a une lumière rouge dans le tableau de bord de santé.»

Un constat que partage Mme Pagé qui, à son tour, veut inciter les hommes à partager ce qu’ils vivent avec leur famille et leurs proches.

«Au début, il nous l’a caché. Il a fait exactement ce que la plupart des hommes font en apprenant qu’ils ont un cancer de la prostate parce qu’il voulait protéger sa famille (…) Un homme de sport ça ne parle pas de ça, mais il l’a fait. Il a même pleuré dans les médias. Il a montré sa vulnérabilité et sa sensibilité, mais il a surtout donné la possibilité à d’autres hommes de ne pas être gêné de le faire.»

Le mois de novembre est en effet une bonne occasion d’en parler, notamment avec toutes les campagnes de sensibilisation et de financement en cours, dont la 6e Journée québécoise de sensibilisation au cancer de la prostate du 19 novembre qui s’en vient mardi.  

«Il y a plusieurs initiatives durant le mois novembre. Il y a Noeuvembre, mais il y a aussi la campagne Pneuvembre dans les concessionnaires automobiles et les marchands de pneus. Lorsqu’on fait un changement de pneus, on peut verser 1$ par pneu changé, entreposé ou acheté», souligne Laurent Proulx.

L’ensemble de ces activités menées par PROCURE visent à amasser plus de 500 000 $ pour la recherche et le bon fonctionnement de l’organisme.

«PROCURE c’est un organisme québécois donc 100 pour cent de l’argent qu’on ramasse au Québec est dépensé au Québec. Dans un premier temps à la recherche. Dans un deuxième temps, on va se déplacer pour faire des conférences en entreprise ou des conférences grand public. On va faire des webinaires. Il y a une panoplie de services que Procure offre à l’ensemble des Québécois et un élément dont Jean est très fier c’est notre ligne téléphonique de soutien (1-855-899-2873)», rappelle M. Proulx.

«C’est pour ça qu’on fait une campagne en novembre et qu’on ramasse des sous. Oui pour la recherche, mais aussi pour la sensibilisation et pour offrir aux familles un espace pour pouvoir poser leurs questions», renchérit Mme Pagé.

«Il faut mettre de côté l’ego, la culpabilité, la honte. Les forces de tout le monde réunies font en sorte justement qu’on est plus fort et ça crée des moments formidables en famille. Nous on a la chance de se dire au revoir et de prendre le temps de le faire parce que papa, malheureusement son cancer est revenu et là on s’en va vers la fin. Et c’est ce que lui a toujours voulu dire aux hommes, ne vous cachez pas! Parlez-en! Tendez la main vers les gens que vous aimez et, si vous n’êtes pas entouré, sachez que Procure est là 12 mois par année, 24 heures sur 24.»

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire