Campagne de vaccination: espoir au Québec, insatisfaction en Ontario

OTTAWA — Alors que les Québécois sont de plus en plus nombreux à voir leurs grands-parents ou parents recevoir leur première dose de vaccin contre la COVID-19, la situation est tout autre en Ontario, où l’insatisfaction est grandissante à l’égard de la campagne de vaccination. 

Le plus récent sondage de Léger et de l’Association d’études canadiennes constate que la majorité des Ontariens sont insatisfaits de la campagne de vaccination dans leur province, eux qui feront vacciner leurs aînés plusieurs semaines après ceux du Québec.

Selon ce coup de sonde, 59% des répondants ontariens se sont dits insatisfaits du nombre de vaccins administrés dans leur province et seulement 41% satisfaits. En comparaison, le Québec fait 64% de satisfaits avec sa stratégie de vaccination contre 36% d’insatisfaits. 

Les résultats de ce sondage arrivent à un bien mauvais moment pour le gouvernement de Doug Ford qui perdra son responsable de la vaccination, le général à la retraite Rick Hillier, à la fin du mois et qui est critiqué de toutes parts pour son retard par rapport au Québec. 

Le Québec a mis en ligne sa plateforme pour la prise de rendez-vous dès le 25 février pour les personnes âgées de 80 ans et plus. La campagne de vaccination s’est accélérée, au point où l’âge a été abaissé à 65 ans à Montréal et à 70 ans ailleurs au Québec.

Lundi, le premier ministre du Québec, François Legault, disait être confiant de vacciner toutes les personnes âgées de 65 ans et plus de la province d’ici un mois.

«Ça changera complètement la donne et ça va nous permettre d’ouvrir encore plus notre économie et notre société», se réjouissait-il, lors d’une conférence de presse, aux côtés du premier ministre Justin Trudeau. 

Pendant ce temps, en Ontario, on se débattait avec le nouveau système de réservation en ligne, mis en place 18 jours après le Québec. Il affichait des messages d’erreur et de nombreux citoyens, exaspérés par l’attente, ont dû se tourner vers la ligne téléphonique.

La prise de rendez-vous est pour les 80 ans et plus en Ontario; le tour des 75 ans et plus devrait arriver au début du mois d’avril seulement, selon les estimations du général Hillier.

Le premier ministre ontarien Doug Ford peinait à expliquer pourquoi les aînés ontariens devaient patienter des semaines de plus que leurs voisins qui sont de l’autre côté de la rivière des Outaouais. 

«Beaucoup de provinces ont décidé de ne pas donner deux doses aux résidents des centres de soins de longue durée (…) Nous oui», a justifié M. Ford, en conférence de presse. 

Il s’est ensuite empressé de blâmer le nombre insuffisant de vaccins, qui ralentit la cadence de l’Ontario selon lui. 

«Nous avons besoin de plus de vaccins. Notre capacité totale, par mois, est de 4,8 millions et jusqu’à maintenant, nous en sommes à 1,4 million (par mois). Alors nous sommes à 25% de notre capacité de vaccination présentement», a soutenu M. Ford. 

Au 15 mars, l’Ontario et le Québec avaient administré environ le même nombre de doses de vaccins contre la COVID-19, au prorata de la population. Mais la façon de les distribuer modifie en effet les statistiques et donne l’impression d’un retard du côté ontarien. 

En Ontario, on avait vacciné 904 270 personnes, soit 6,2% de la population, dont 616 987 à une seule dose et 287 283 à deux doses. Le total de doses administrées s’élevait lundi à 1 191 553.

Au Québec, on avait vacciné 744 108 personnes, soit 8,8% de la population, à une seule dose.

Parmi elles, les mères des premiers ministres Justin Trudeau et François Legault. Lors d’une conférence de presse à Montréal, lundi, M. Trudeau a d’ailleurs souligné à quel point les deux hommes étaient heureux de savoir leurs mères mieux protégées contre le virus depuis la semaine dernière. 

Le premier ministre canadien a également salué le leadership du Québec en la matière. 

«Ma priorité et, je crois, celle de tous les Canadiens, est de voir les plus vulnérables se faire vacciner le plus rapidement possible et le Québec est certainement un chef de file en la matière à travers le pays», a déclaré M. Trudeau, en réponse à une question en anglais d’un journaliste. 

Laisser un commentaire