Campement de sans-logis à Montréal: opposition du FRAPRU au démantèlement, lundi

MONTRÉAL — Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) demande à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, de renoncer au démantèlement prévu lundi prochain du campement de fortune érigé en juillet dans un parc de la rue Notre-Dame Est par des personnes qui n’ont pu se trouver un logement.  

La mairesse Plante a assuré qu’il n’y aurait pas de recours à la force pour démanteler le campement situé dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Néanmoins, le FRAPRU signale que les personnes qui y vivent seront contraintes à se déplacer encore plus loin, sans réseau de soutien, et que pour certaines d’entre elles, il faudra camper dans des conditions moins sécuritaires.

À cet égard, le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) affirme que certaines ressources temporaires ouvertes dans la foulée de la pandémie de COVID-19 ont fermé leurs portes au cours des dernières semaines.

Les autorités ont fait savoir qu’elles proposeraient des solutions concrètes pour inciter les campeurs à quitter le site.

Le FRAPRU fait remarquer que les gouvernements supérieurs doivent aussi être interpellés par cette situation issue d’une crise du logement.

L’organisme réclame de rapides assouplissements au Programme spécial de supplément au loyer (PSS) de la Société d’habitation du Québec, de même qu’un financement d’urgence pour la remise en état de 300 habitations à loyers modiques (HLM) vacants en raison, dit-il, du manque de fonds pour leur entretien.

 

Laisser un commentaire
Les plus populaires