Canada: les changements climatiques nuisent aux enfants, dit un rapport

TORONTO — Un rapport qui résume chaque année les principaux préjudices subis par les enfants au Canada révèle dans sa dernière livraison que les blessures non intentionnelles présentent le plus grand risque pour les enfants, suivies des problèmes de santé mentale et de l’existence de discrimination systémique.

L’étude de l’organisation caritative Les Enfants d’abord Canada précise dans son rapport publié mercredi que les blessures évitables et accidentelles sont la principale cause de décès chez les enfants de 14 ans et moins.

L’étude ajoute qu’un quart des personnes âgées de 2 à 17 ans ont des problèmes de santé mentale.

En ce qui a trait au racisme et aux autres formes de discrimination, Les Enfants d’abord Canada a observé que les enfants autochtones sont 12 fois plus susceptibles d’être retirés de leur foyer et placés en famille d’accueil que leurs homologues non autochtones, tandis que les adolescents transgenres sont sept fois plus susceptibles de tenter de mettre fin à leurs jours que les autres adolescents.

Pour la première fois, les effets des changements climatiques ont été pris en compte comme catégorie à part entière du rapport. On a ainsi découvert que la bronchite aiguë chez l’enfant liée aux incendies de forêt est en hausse au Canada.

Le quart des enfants interrogés assurent avoir été victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle à l’école avant leur 7e année scolaire.

Environ un jeune Canadien sur trois déclare avoir été victime d’intimidation, cette tendance étant relativement constante au cours des 12 dernières années.

Au cours de la pandémie de la COVID-19, les incidents de racisme antiasiatique chez les enfants de 18 ans ou moins ont bondi de 286 % chez les jeunes Canadiens d’origine asiatique.

Les maladies évitables par la vaccination (dont la COVID-19), la pauvreté et l’insécurité alimentaire, et le manque d’activité physique et de jeux figurent également parmi les dix principales menaces pour les enfants.

La perturbation de l’éducation, la représentation inadéquate des jeunes, l’accès limité aux soins de santé et les autres services sociaux sont des thèmes transversaux dans les conclusions du rapport.

Le rapport «Élever le Canada 2022» demande au gouvernement du Canada de créer un commissaire indépendant pour l’enfance et la jeunesse, chargé de protéger les droits des enfants; de créer davantage de transparence et de responsabilité pour les dépenses fédérales liées aux enfants et aux jeunes en publiant un budget pour les enfants; et de créer et de mettre en œuvre un plan d’action national pour améliorer la vie des enfants.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.