Canada: recul du nombre d’homicides en 2018, y compris au Québec

OTTAWA — Le nombre d’homicides a sensiblement reculé au Canada en 2018, à l’exception de l’Ontario où il a fortement augmenté.

Statistique Canada signale que la police a déclaré 651 homicides au Canada l’année dernière, 15 de moins que l’année précédente.

À l’échelle provinciale, il y a eu l’an dernier 38 homicides de moins en Alberta, 30 de moins en Colombie-Britannique et 10 de moins au Québec et en Nouvelle-Écosse par rapport à 2017. En revanche, l’Ontario a fait état de 69 victimes de plus qu’en 2017, la plus forte augmentation d’une année à l’autre et le plus grand nombre d’homicides depuis que ces données ont commencé à être recueillies en 1961.

Statistique Canada croit que le nombre sans précédent d’homicides déclarés en Ontario est principalement attribuable au fait qu’il y a eu 49 homicides de plus dans la région métropolitaine de recensement de Toronto, pour un total de 142.

Parmi les autres grandes villes du Canada, à Montréal, le nombre d’homicides est passé pendant la même période de 46 à 47, alors qu’il a chuté de 10 à 3 à Québec. Il a décliné à Vancouver, de 52 à 44.

Statistique Canada signale que l’homicide demeure un crime relativement rare. Il représentait en 2018 moins de 0,2 pour cent de tous les crimes violents au pays, mais les taux d’homicides sont considérés comme un point de repère pour évaluer les niveaux d’activité violente.

Le taux d’homicides a diminué de 4 pour cent l’an dernier au pays pour s’établir à 1,76 pour 100 000 habitants, mais il est demeuré supérieur à la moyenne nationale observée au cours des 10 années précédentes.

L’agence fédérale a aussi remarqué que le taux de victimes d’homicide chez les Autochtones est resté environ cinq fois plus élevé que celui noté chez les non-Autochtones. Toutefois, près du tiers (30 pour cent) des auteurs présumés d’homicide déclarés par la police en 2018 étaient autochtones, en baisse par rapport à l’année précédente (37 pour cent).