CAQ: Legault présente son «escouade économique» après le départ de Le Bouyonnec

SAINT-GEORGES-DE-BEAUCE, Qc — Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault a dévoilé mercredi en Beauce la composition de son «escouade économique», un groupe de candidats «de haut calibre économique». Mais le membre de cette escouade qui retient l’attention est probablement celui qui n’en fait pas partie: le candidat Stéphane Le Bouyonnec, qui a surpris en annonçant qu’il jetait l’éponge, la veille.

Devant un parterre d’entrepreneurs réunis à Saint-Georges-de-Beauce, il a présenté son escouade formée de trois hommes (Éric Girard, Gilles Bélanger et Pierre Fitzgibbon) et trois femmes (Nadine Girault, Joëlle Boutin et MarieChantal Chassé).

Le chef a promis que si les troupes caquistes étaient portées au pouvoir le 1er octobre prochain, trois mesures concrètes seraient mises en oeuvre afin de soutenir et stimuler l’entrepreneuriat.

Un gouvernement de la CAQ déploierait un programme de bourses à l’École d’entrepreneurship de Beauce (coût: 1 million $), financerait quatre établissements supplémentaires du réseau de l’École des entrepreneurs du Québec (coût: 3 millions $) et instaurerait un volet sur l’entrepreneuriat en cinquième secondaire (coût: nul), a annoncé François Legault.

Mais son annonce est éclipsée par le coup de tonnerre qui a retenti la veille: le départ inopiné de Stéphane Le Bouyonnec, président du parti et candidat dans la circonscription de La Prairie, qui a jeté l’éponge au jour 6 de la campagne électorale.

Le chef de la CAQ a réagi en qualifiant de «triste» ce départ et a attribué la défection de son candidat à la déferlante de commentaires acerbes dont il faisait l’objet sur les réseaux sociaux. 

C’est en juin dernier que le pilier de la CAQ avait mis son parti dans l’embarras après qu’il eut été forcé de quitter ses fonctions à la tête de l’entreprise Techbanx, reconnue pour ses prêts consentis à des taux usuraires.

Le principal concerné a justifié son retrait dans une déclaration écrite en plaidant qu’il ne voulait pas laisser ses «adversaires politiques se servir de (son) parcours professionnel pour faire des amalgames douteux» et nuire aux chances de la CAQ de remporter l’élection.

Escouade c. Trio

L’«escouade économique» de deux trios semble la réponse caquiste de 2018 au «trio économique» que le chef libéral Philippe Couillard avait mis de l’avant lors de la dernière campagne, en 2014.

De ce trio, seul le ministre sortant des Finances, Carlos Leitão, brigue un second mandat. Rappelons que Jacques Daoust est décédé en août dernier et que Martin Coiteux a pris la décision de ne pas se représenter.