Carambolage: Bonnardel évoque une nouvelle signalisation

MONTRÉAL — Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a évoqué jeudi matin l’installation de nouveaux panneaux de signalisation, au lendemain du carambolage qui a fait deux morts et 29 blessés sur l’autoroute 15.

«J’haïs materner les automobilistes, mais encore une fois… panneaux de signalisation pour les avertir, bourrasques, conditions dangereuses… s’il faut le faire comme on l’a fait sur l’autoroute 40 suite au carambolage de l’année passée, on va essayer de le faire dès cet été», a-t-il dit.

L’accident s’est produit en milieu de journée mercredi, en direction sud, au niveau de La Prairie. La Sûreté du Québec (SQ) a précisé jeudi que l’un des blessés repose dans un état sérieux à l’hôpital.

Les deux personnes qui ont perdu la vie se trouvaient prises à l’intérieur de leur véhicule sur les lieux du carambolage depuis le début de l’événement. Leur véhicule était difficile d’accès, avec un amas de ferraille autour d’eux.

Les deux corps ont été sortis du véhicule vers 18h00. Les victimes n’avaient pas encore été formellement identifiées jeudi matin.

Un code orange avait été établi dans trois hôpitaux, signifiant une «réception massive de blessés». Il s’agit de l’Hôpital Charles-Lemoyne, à Longueuil, du centre hospitalier Anna-Laberge, à Châteauguay, et de l’Hôpital du Haut-Richelieu, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Près de 140 véhicules ont été impliqués sur près d’un kilomètre, avec «plusieurs poches d’accident». Neuf véhicules ont dû être «désincarcérés», a indiqué le Service de sécurité incendie de La Prairie. Selon la SQ, 70 des véhicules impliqués auraient été accidentés.

Un blizzard aurait entraîné une visibilité nulle dans ce secteur de la Montérégie, a indiqué en point de presse la ministre de la Sécurité publique suppléante, Andrée Laforest.

Un camion-citerne était impliqué dans le carambolage, et il y a eu un déversement de diesel.

Un autobus scolaire a été impliqué, mais on ne signalait aucun blessé à bord du véhicule.

Environ 150 personnes ont été escortées au Centre multifonctionnel Guy-Dupré pour être prises en charge.

«Lors d’un événement comme celui-là, notre but, c’est de sécuriser les gens, les mettre au chaud, les nourrir, les prendre en charge, et c’est ce qui a été fait par nos services», a affirmé le maire de La Prairie, Donat Serres, soulignant l’aide de municipalités environnantes.

Alain Roberge, météorologue chez Environnement Canada, a fait état de fortes rafales et d’environ deux centimètres de neige fraîche au sol — selon l’observation faite à l’aéroport Montréal-Trudeau, à Dorval.

Un front froid a entraîné des rafales jusqu’à 60 kilomètres à l’heure, pendant une bonne partie de la journée, et jusqu’à environ 16h environ, a indiqué M. Roberge.

«En général, avec aussi peu d’accumulations, on n’a pas de poudrerie généralisée (…). Par contre, il se peut que localement, particulièrement dans les endroits où les bancs de neige sont plus élevés que la route, que cette neige-là soit transportée par le vent», a indiqué M. Roberge en entrevue.

«Si on regarde la localisation de l’accident, avec le fleuve à l’ouest, et peu d’obstacles pour limiter la force des vents, c’est possible (…) que les vents aient été plus forts que les observations qu’on a eues aux aéroports de Dorval et Saint-Hubert», a-t-il ajouté.

Le météorologue a indiqué que les vents seront moins intenses dans les prochains jours, et qu’il n’y aura pas de nouvelles précipitations de neige.

«Pour avoir étudié les bourrasques de neige au Québec, je peux confirmer que c’est vraiment une menace mortelle. C’est l’équivalent, avec la glace noire, pratiquement des tornades aux États-Unis», a exposé en entrevue Gilles Brien, ancien météorologue à Environnement Canada et ex-président sortant de l’Association professionnelle des météorologistes du Québec.

Mme Laforest, le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, et la ministre de la Santé, Danielle McCann, ont tenu une conférence de presse, vers 16h, à Québec, pour faire le point.

«Il y a 65 000 véhicules qui circulent sur la 15 direction sud chaque jour. On a eu à peu près 54 accidents dans les cinq dernières années, mais les statistiques du ministère démontrent que ce n’est pas un secteur problématique comme tel. Les gens conduisaient, forts vents, blizzard, et tout d’un coup, on ne voit plus rien», a souligné M. Bonnardel.

L’autoroute 15 est demeurée fermée dans les deux directions au niveau du boulevard Matte pendant plusieurs heures. Elle a été rouverte à la circulation vers 1h15, jeudi.

Les plus populaires