Carbone: la C.-B. défendra Ottawa contre l’Ontario et la Saskatchewan

VICTORIA — Le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a annoncé mardi qu’il interviendra en faveur d’Ottawa dans les contestations judiciaires menées par la Saskatchewan et l’Ontario au sujet de la tarification du carbone.

Ces provinces contestent le pouvoir fédéral d’adopter une loi qui fixe un prix minimal à la pollution par les gaz à effet de serre, qu’Ottawa imposera en 2019 aux provinces qui n’auront pas mis en place un régime de tarification respectant les cibles nationales — la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick.

Selon le procureur général de la Colombie-Britannique, David Eby, sa province souhaite faire valoir que les gouvernements fédéral et provinciaux ont tous un rôle à jouer dans la lutte contre les changements climatiques, mais que le gouvernement central a le droit et la responsabilité de fixer un juste prix au carbone.

Le ministre de l’Environnement, George Heyman, a rappelé que sa province était déjà un leader au pays en matière de tarification du carbone, avec sa taxe mise en place il y a 10 ans maintenant, et il estime que les autres provinces devraient se conformer à la stratégie nationale sur le climat.

Les gouvernements conservateurs de la Saskatchewan et de l’Ontario contestent devant leur cour supérieure respective la décision du gouvernement libéral fédéral d’adopter une loi qui établit un système national pour la tarification de la pollution par les gaz à effet de serre. Les provinces qui disposent d’un régime pourraient toutefois respecter déjà ce système fédéral — comme le Québec, qui adhère à un «marché commun du carbone».

La contestation devrait être entendue en février prochain en Saskatchewan, et en avril en Ontario.

Au Nouveau-Brunswick, le nouveau premier ministre progressiste-conservateur, Blaine Higgs, a annoncé ce mois-ci qu’il se joindrait à l’Ontario, au Manitoba et à la Saskatchewan pour rejeter la tarification fédérale sur le carbone.

Les plus populaires