Caroline du Nord: un projet de loi pour limiter le droit à l’avortement

RALEIGH, N.C. — Les sénateurs de la Caroline du Nord ont approuvé jeudi un projet de loi interdisant aux femmes de se faire avorter sur la base de la race, du sexe ou d’un diagnostic prénatal de trisomie 21.

Le projet de loi se retrouvera maintenant entre les mains du gouverneur démocrate Roy Cooper, qui ne l’approuvera probablement pas, puisqu’il a rejeté les précédentes restrictions antiavortement.

Les groupes de défense des droits à l’avortement affirment que le projet de loi soutenu par les républicains, qui a été rejeté par les démocrates du Sénat et appuyé par seulement six législateurs démocrates de la Chambre, empêcherait les femmes d’avoir des conversations ouvertes avec leur médecin et nierait leur droit constitutionnel à un avortement. Il a été approuvé par le Sénat, jeudi, par un vote de 27-20.

S’il devenait loi, le projet de loi 453 exigerait des prestataires d’avortement de la Caroline du Nord qu’ils signent une déclaration confirmant qu’une femme ne cherche pas à mettre fin à sa grossesse pour éviter d’avoir un enfant trisomique ou un bébé d’une race ou d’un sexe non désirés.

Les partisans républicains du projet de loi affirment que les tests prénataux qui confirment la présence de la trisomie 21 chez l’enfant peuvent parfois être inexacts, incitant les femmes qui ne le feraient pas autrement à interrompre leur grossesse. La sénatrice Joyce Krawiec, une républicaine du comté de Forsyth, a déclaré que la mesure prévenait la discrimination et «l’eugénisme des temps modernes».

«Les enfants ne devraient pas avoir à passer un test génétique pour obtenir le droit de naître», a déclaré Mme Krawiec.

Certains législateurs démocrates ont prévenu que le projet de loi pourrait obliger les femmes à poursuivre une grossesse si elles informent leur médecin qu’un diagnostic prénatal de trisomie 21 a été pris en compte dans leur décision de l’interrompre, même si ce n’était pas la force motivante.

La sénatrice démocrate Sarah Crawford a décrit comment elle a personnellement éprouvé du bonheur à servir des enfants et des adultes handicapés grâce à son rôle à la tête du Tammy Lynn Center for Developmental Disabilities. Mais elle a reconnu que certains parents peuvent ne pas se sentir équipés pour s’occuper d’un enfant trisomique et a déclaré que ces parents ne devraient pas être obligés de poursuivre une grossesse.

«Ce projet de loi ne concerne pas la joie que les personnes handicapées apportent au monde, a déclaré Mme Crawford. Ce projet de loi vise à contrôler les femmes. C’est aussi simple que cela.»

L’American Civil Liberties of Union of North Carolina et Planned Parenthood South Atlantic exhortent le gouverneur Cooper à rejeter la proposition.

«Les politiciens ne devraient jamais avoir le contrôle des décisions familiales privées ni forcer une personne à mener une grossesse à terme contre son gré», a déclaré par communiqué Susanna Birdsong, directrice des affaires publiques de Planned Parenthood South Atlantic pour la Caroline du Nord.

Le cabinet du gouverneur Cooper n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires sur la proposition.

Laisser un commentaire