Catherine McKenna confirme que la Saskatchewan aura une taxe carbone

REGINA — La ministre de l’Environnement du Canada, Catherine McKenna, confirme que la Saskatchewan va être soumise à une taxe carbone fédérale si elle n’adhère pas à la stratégie nationale de lutte aux changements climatiques d’ici septembre.

Cette déclaration fait partie d’une réponse écrite de la ministre McKenna à son homologue provincial de la Saskatchewan, Dustin Duncan, en lien avec la décision de la province de ne pas signer le «Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques».

Selon Dustin Duncan, la Saskatchewan s’attend tout de même à recevoir 62 millions $ d’Ottawa pour la réalisation de projets à faibles émissions de carbone.

Dans sa missive, la ministre Catherine McKenna précise que la part de la province va devoir attendre la seconde phase du programme qui s’adresse aux municipalités, aux entreprises, aux organisations non gouvernementales et aux communautés autochtones.

Elle dit trouver regrettable la décision de la Saskatchewan de ne pas rejoindre les autres provinces et territoires en adoptant ou en maintenant une tarification du carbone qui convient à ses besoins particuliers.

Malgré tout, Catherine McKenna affirme garder espoir que la province revienne sur sa décision d’ici la date butoir du 1er septembre 2018, date limite pour que les provinces et territoires soumettent leur plan d’action sur la tarification du carbone.

«Pour être clairs, nous ne pouvons pas accepter votre demande de ne pas fixer de prix sur le carbone en Saskatchewan, écrit la ministre dans sa lettre ouverte. Entre autres raisons, parce qu’il serait profondément injuste qu’une seule compétence évite de participer dans cet important effort national pour soutenir la croissance propre et réduire la pollution.»

«Dans l’éventualité où votre gouvernement n’adopterait pas de tarification sur la pollution à la hauteur de nos standards, nous n’aurions pas d’autre choix que de s’assurer qu’un tarif sur la pollution soit appliqué en Saskatchewan, tout comme nous le ferions n’importe où ailleurs au pays», prévient-elle.