Singh tente d’éviter la distraction causée par la controverse du «brownface»

HAMILTON — Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a tenté de ne pas se laisser distraire, jeudi, alors que la controverse entourant Justin Trudeau et ses incidents de «brownface» ont relégué au second plan tout autre message politique en ce neuvième jour de campagne.

L’annonce matinale de Jagmeet Singh, à Hamilton en Ontario, portait sur le programme du NPD visant à bonifier les services de santé et à venir en aide aux petites et moyennes entreprises (PME).

Dans un restaurant de spécialités afghanes et perses de cette ville industrielle établie sur les rives du lac Ontario, le chef néo-démocrate a échangé avec divers entrepreneurs au sujet de leurs difficultés à offrir à leurs employés des avantages sociaux en matière de santé.

Il a rappelé l’engagement de son parti à mettre sur pied un programme d’assurance dentaire et un programme national d’assurance médicaments. Dans le restaurant, il a discuté avec des Canadiens des coûts que peuvent engendrer des problèmes de santé ou dentaires lorsqu’on n’a pas d’assurance.

«On a parlé aujourd’hui avec des gens qui travaillent et ils ont de la misère à cause du fait qu’ils n’ont pas d’assurance médicaments, ils n’ont pas de la couverture pour les soins dentaires, donc ça crée beaucoup de problèmes», a expliqué M. Singh.

L’objectif de la rencontre visait à démontrer comment les promesses en santé déjà annoncées par le parti permettraient aux PME d’économiser des frais en plus de favoriser une main-d’oeuvre en meilleure santé et plus heureuse.

«On est convaincu que ces investissements vont rendre les petites entreprises encore plus compétitives et plus profitables», a déclaré Jagmeet Singh à la suite de sa table ronde à laquelle participaient également des candidats de la région.

Le NPD a promis d’investir 10 milliards $ dans un programme national d’assurance-médicaments dès sa première année au pouvoir, s’il est élu. En matière de soins dentaires, ceux-ci seraient couverts par le gouvernement pour ceux dont le revenu familial ne dépasse pas 70 000 $.

«Brownface»: aux Canadiens de juger

Malgré sa volonté de contourner la controverse pour se concentrer sur son propre message, le chef néo-démocrate a été longuement questionné sur les photos prises il y a plusieurs années du chef libéral avec la peau maquillée en brun ou en noir.

Ce sera aux Canadiens de décider si Justin Trudeau est raciste à la suite de la publication des photos et de la vidéo, selon Jagmeet Singh.

Il s’est dit «profondément troublé» par cette affaire, ajoutant que de jeunes Canadiens allaient voir de multiples images du premier ministre se moquant de leur réalité, et que cela est «très douloureux» pour de nombreux Canadiens.

M. Singh n’a pas voulu dire comment il réagirait lorsqu’il verra M. Trudeau aux débats des chefs ni s’il allait accepter de lui serrer la main.

«Comment répond-on à quelqu’un, comment pouvons-nous regarder dans les yeux une personne qui s’est moqué de la réalité que j’ai vécue, mais plus important encore, que tellement d’autres Canadiens ont vécue? Je crois qu’il a beaucoup de réponses à donner», a-t-il indiqué.

Il craint également que ces gestes de M. Trudeau reflètent une tendance chez lui, et a rappelé un épisode où le chef libéral avait répondu avec sarcasme à une manifestante autochtone lors d’une activité de financement, plus tôt cette année.

Jagmeet Singh a indiqué que toute cette histoire représentait une occasion d’évaluer qui est vraiment Justin Trudeau.

«Je pense que les gens ont soulevé des questions légitimes. Et les questions sont: qui est le vrai M. Trudeau? (…) La question c’est: est-ce que le vrai M. Trudeau, c’est le M. Trudeau qui est en public et qui dit: je suis pour la diversité, je suis pour la communauté autochtone? Ou c’est le M. Trudeau, derrière les portes fermées, qui se moque des militants dans la communauté autochtone, qui se moque des gens à cause de la couleur de leur peau? Ça soulève des questions. Qui est le vrai M. Trudeau?»

Les plus populaires