CEFRIO: 92 % des adultes en Montérégie utilisent internet à des fins personnelles

La proportion d’adultes de la Montérégie qui ont utilisé personnellement Internet a bondi de 12 % depuis 2013, passant de 80 % à 92 % en 2019, selon les données dévoilées dans le cadre du Portrait numérique des régions administratives du Québec du CEFRIO, le 3 juin dernier.

Réalisée auprès de 12 012 personnes, de février 2019 à janvier 2020, cette enquête, la dernière avant la fermeture définitive du CEFRIO prévue le 30 juin prochain, révèle que presque la totalité (99 %) des jeunes de 18 à 34 ans ont une vie numérique en 2019, alors que la proportion d’internautes chute à 83 % chez les 55 ans et plus.

«Comme pour les autres régions du Québec, les adultes de la Montérégie ont été de plus en plus élevés à utiliser Internet parce qu’ils s’en servent de plus en plus à différentes fins: communiquer avec familles et amis, s’informer, se divertir, faire des achats, etc.», avance Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing au CEFRIO.

La proportion d’adultes utilisant personnellement Internet se situe à 93 % à l’échelle du Québec. La région de Laval est la région où le taux de foyers branchés est le plus élevé (95 %), alors que c’est en Abitibi-Témiscamingue est celle qui présente le taux le plus bas avec 88 %.

L’effet de la pandémie

Rappelons que le gouvernement du Québec a annoncé, en mai dernier, un investissement de plus de 150 M$ dans le but d’accélérer un meilleur accès à Internet en région, partout au Québec, notamment en Montérégie. Les projets permettront un meilleur accès à des services Internet haut débit de qualité à un prix comparable à ceux en milieu urbain à plus de 60 000 foyers au Québec, dont 10 350 en Montérégie.

Bien que ces données aient été recueillies avant la pandémie de la COVID-19, les résultats de l’étude permet de penser, selon l’organisme, que le confinement imposé à la majorité de la population québécoise en contexte de crise sanitaire met en évidence l’importance des progrès technologiques et de leur appropriation.

«Cette période difficile nous fait prendre conscience que l’évolution des comportements des Québécois en matière de mobilité au cours des dernières années a des répercussions positives, précise Mme Bourget. Les appareils mobiles dont ils disposent ont certainement facilité les communications avec leur entourage et aidé à conserver une certaine forme de vie sociale, tout en respectant des règles de distanciation physique.»

La proportion de cyberacheteurs a été appelée à grandir en raison de la crise de la COVID-19. Des données recueillies à ce chapitre par le CEFRIO montrent que le taux de Québécois cyberacheteurs est passé de 51 % en février à 55 % en mars 2020.

De plus en plus de cyberacheteurs

Par ailleurs, du côté du commerce électronique, le taux de cyberacheteurs sur une base mensuelle s’est élevé à 49 % dans la région de la Montérégie en 2019, deux points de plus qu’en 2018. C’est mieux que l’ensemble du Québec qui affichait pour sa part un taux était de 48 % en 2019.

L’Outaouais (54 %), l’Estrie (52 %) et Montréal (52 %) sont les régions qui ont la plus forte proportion de cyberacheteurs par rapport aux autres régions en 2019.

La valeur mensuelle moyenne du panier d’achats des gens qui se sont tournés du côté du commerce électronique en Montérégie, en dollars absolus, était de 322 $ en 2019, alors que la valeur moyenne provinciale était de 319 $.

Texte réalisé dans le cadre de l’Initiative de journalisme local