Centres de tri: le groupe TIRU se place sous la protection des créanciers

MONTRÉAL — Le groupe TIRU, qui exploite des services de collecte et des centres de tri de matières recyclables dans plusieurs régions du Québec, se place sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

L’objectif est de «poursuivre (les) activités le temps nécessaire aux pouvoirs publics d’effectuer une transition sans interruption de service des centres de tri», indique le Groupe RSC, lundi, par communiqué.

Rebuts solides canadiens, ou RSC, est le nom officiel inscrit au registre des entreprises du Québec. L’entreprise fait partie de la multinationale Dalkia Wastenergy, dont le siège social est situé en France.

Cette transition fait écho aux propos du gouvernement du Québec, qui affirmait la semaine dernière que TIRU allait maintenir ses activités à court terme.

Le Groupe RSC fait valoir qu’il «portait l’essentiel du risque de prix de revente des matières à recycler», dans un contexte de «retournement brutal du marché mondial du papier recyclé».

TIRU gère deux centres de tri à Montréal ainsi que deux autres à Châteauguay et à Saguenay. Un total de 26 municipalités du Québec sont desservies par l’entreprise.

Dans son communiqué de presse, le gouvernement du Québec annonçait avoir conclu une entente permettant d’«assurer la continuité des services aux citoyens» jusqu’à ce que «de nouveaux opérateurs puissent être trouvés».

Les plus populaires