Le cercueil d’Élisabeth II est arrivé en chapelle ardente à Westminster Hall

LONDRES — La reine Élisabeth II a quitté le palais de Buckingham pour la dernière fois mercredi, son cercueil porté par une calèche tirée par des chevaux et suivi par des membres de sa famille en deuil.

Le cercueil a été transporté à Westminster Hall, où il reposera en chapelle ardente pendant quatre jours jusqu’aux funérailles de la défunte souveraine, lundi. Des centaines de milliers de personnes sont attendues dans les prochains jours pour saluer la reine une dernière fois.

Avec l’étendard royal et la couronne d’État reposant sur le cercueil et les tirs d’artillerie à intervalles d’une minute, la procession solennelle a été conçue pour souligner les sept décennies de la reine à la tête de l’État. Le cercueil a quitté le palais de Buckingham, et a parcouru les grands boulevards et les monuments historiques de la capitale britannique.

Le roi Charles III, ses fils les princes William et Harry et d’autres membres de la famille royale marchaient derrière le cercueil.

L’aéroport Heathrow de Londres a interrompu les vols pour empêcher les avions de perturber le cortège.

Une file longue de plusieurs kilomètres s’était formée plus tôt dans la journée en plein cœur de Londres pour apercevoir le cercueil. 

Le cercueil de la reine était drapé de l’étendard royal et surmonté de la couronne impériale de l’État – sertie de près de 3000 diamants – et d’un bouquet de fleurs et de plantes, dont des pins du domaine Balmoral, en Écosse, où Élisabeth est décédée la semaine dernière.

La procession de 38 minutes s’est terminée au célèbre Westminster Hall du Parlement, où l’archevêque de Canterbury Justin Welby a dirigé une messe à laquelle assistaient Charles et d’autres membres de la famille royale après l’arrivée du cercueil. 

«Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit», a déclaré l’archevêque Welby en lisant l’Évangile selon Jean.

Des milliers de personnes étaient debout ou assises en file le long des rives de la Tamise, attendant leur tour pour saluer la reine une dernière fois. Ceux qui souhaitent entrer dans le Parlement devront se plier à un protocole de sécurité similaire à celui en place dans les aéroports.

Le décès de la reine Élisabeth II jeudi dernier au château de Balmoral, après 70 ans de règne, a provoqué une vague de tristesse et d’hommages dans le monde et au Royaume-Uni pour la seule souveraine que la plupart des Britanniques ont connue. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.