Cerfs au parc Michel-Chartrand à Longueuil: une chasse contrôlée prévue à l’automne

La Ville de Longueuil n’a plus le choix que d’aller de l’avant avec une chasse contrôlée des cerfs de Virginie dans le parc Michel-Chartrand l’automne prochain. 

À force de débattre et de tergiverser sur le sort des chevreuils, la population de cervidés a littéralement explosé et atteint aujourd’hui dix fois la capacité du parc, dont la superficie n’est que de 1,85 kilomètre carré.

«Vu l’urgence de la situation, nous maintenons le cap sur le plan de match de réduction du cheptel de cerfs, malgré les processus juridiques en cours», a déclaré la mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, en faisant le point mercredi matin.

Mme Fournier a ainsi dévoilé le résultat du dernier inventaire de l’espèce. Le nombre de 72 de l’an dernier était passé à 108 au printemps, soit avant la période de reproduction, et dépasse certainement ce nombre à ce moment-ci. Il s’agit d’une hausse de 50 % par rapport à la même période en 2021 et de 238 % par rapport à 2017.

«La capacité de soutien du parc est d’un maximum de 10 à 15 cerfs», a fait valoir Mme Fournier.

À ses côtés, le conseiller municipal Jonathan Tabarah a fait valoir que l’environnement naturel du parc est en train de s’effondrer à cause de cette surpopulation. 

«Si on ne fait pas quelque chose rapidement, le parc, c’est bien dommage, mais on va le perdre. Il n’y en aura plus de parc», a-t-il laissé tomber.

M. Tabarah a fait valoir que «l’équilibre écologique du parc n’est pas respecté. (…) Le parc lui-même n’est plus capable de se régénérer».

Rappelant les ravages additionnels causés par l’agrile du frêne, il a avancé qu’il faudra «des millions de dollars de reboisement, donc des dizaines de milliers d’espèces de végétaux qu’on doit reboiser rapidement dans le parc Michel-Chartrand si on veut lui redonner une allure de parc naturel».

Il a aussi souligné l’absurdité de cette situation, faisant valoir que «les cerfs eux-mêmes souffrent du fait qu’il n’y a pas assez de nourriture dans le parc et doivent sortir à l’extérieur du parc au risque de collision».

De plus, a-t-il rappelé,cette concentration excessive est source d’une transmission accrue de la maladie de Lyme par les tiques infectées qui sont transportées par les cerfs, notamment. 

La mairesse Fournier a indiqué qu’il faut impérativement réduire et ensuite contrôler la population de l’animal, sans quoi le scénario risque de se répéter année après année.

La méthode de réduction du cheptel par une chasse contrôlée, déjà en vigueur depuis 2003 dans le boisé du Tremblay, aussi situé à Longueuil, a été privilégiée. Il s’agira d’une chasse à l’arbalète et non à l’arme à feu puisque le parc est en pleine zone urbaine et sera réalisée par une firme spécialisée. La viande sera ensuite distribuée dans des banques alimentaires. 

La méthode initialement choisie de capture-euthanasie a aussi dû être mise de côté au profit de la chasse contrôlée, a-t-elle précisé, parce qu’elle «permettait seulement d’intervenir sur une trentaine de cerfs, alors que les données nous démontraient qu’il fallait agir de façon beaucoup plus large».

Quant à la suggestion de capture et de déplacement des cervidés, telle que proposée par des défenseurs des animaux, celle-ci n’a pas obtenu l’approbation de l’École de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, affirme la mairesse.

«Lorsque la proposition de déplacer les cerfs a été présentée, le comité d’éthique de l’Université de Montréal a refusé d’accorder les permis parce que la souffrance animale induite par le déplacement causerait une mort beaucoup plus souffrante pour les cerfs.

«Nous ne sommes pas des experts et des scientifiques, mais nous croyons en la science et nous suivons la science», a-t-elle ajouté.

Des procédures judiciaires ont quand mêmeété entamées dans ce dossier pour tenter d’empêcher la Ville de Longueuil d’aller de l’avant, mais Catherine Fournier estime qu’elle doit planifier pour aller de l’avant malgré toutdevant la détérioration rapide du parc et la croissance exponentielle de la population. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.