L’état d’urgence ne changerait rien aux efforts contre les incendies, dit John Horgan

VANCOUVER — Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, soutient que la province utilise toutes les ressources disponibles pour combattre les incendies de forêt, et qu’une déclaration de l’état d’urgence ne changerait rien à la situation.

Les politiciens de l’opposition et le district régional de Thompson-Nicola, dont certaines parties font l’objet d’ordres ou d’alertes d’évacuation, ont exhorté M. Horgan à déclarer l’état d’urgence.

«S’il y avait un état d’urgence déclenché aujourd’hui, cela n’aurait aucun impact sur les ressources, car elles sont déjà en place», a affirmé M. Horgan lors d’une conférence de presse, vendredi.

Plus de 300 incendies de forêt brûlent dans cette province, affectant environ 1500 propriétés où les résidents ont reçu l’ordre de partir, plus tôt cette semaine. Les avis d’évacuation restent en vigueur pour de nombreuses autres propriétés, y compris l’ensemble des communautés de 100 Mile House, Ashcroft et Cache Creek.

Des pompiers du Québec et du Mexique sont en route pour aider aux efforts, a ajouté M. Horgan.

Ce sont vingt pompiers forestiers du Québec qui ont pris le départ vers la Colombie-Britannique, vendredi.

Cent pompiers du Mexique doivent arriver à Abbotsford, en Colombie-Britannique, le 24 juillet.

Les équipes du Québec et du Mexique vivront et travailleront dans des bulles opérationnelles à l’écart des pompiers locaux afin de minimiser les risques de propagation de la COVID-19.

M. Horgan a déclaré que le contingent normal de pompiers australiens ne serait pas en mesure d’aider en raison des préoccupations liées à la COVID-19, tandis que les équipes de pompiers des États de l’ouest des États-Unis sont accaparées par une saison des incendies semblable à celle de la Colombie-Britannique.

«Je suis convaincu sur la base des mises à jour des services d’incendie (…) que nous avons les ressources en place pour faire ce que nous pouvons», a-t-il déclaré.

M. Horgan a affirmé qu’il ne déclarerait l’état d’urgence que si les pompiers et le service de gestion des situations d’urgence lui disaient que cela est nécessaire.

Brendan Ralfs, de Emergency Management BC, a déclaré lors d’une conférence de presse jeudi qu’un état d’urgence ne changerait pas grand-chose aux efforts de lutte contre les incendies.

«Dans la présente situation, une déclaration provinciale d’état d’urgence n’a pas été nécessaire pour fournir de l’aide aux personnes, pour accéder à des financements, ou pour coordonner ou obtenir des ressources supplémentaires», a-t-il affirmé.

Environnement Canada affirme que les avertissements de chaleur pour certaines parties du centre et du sud de l’intérieur sont terminés, mais la fumée des feux de forêt signifie que des avis sur la qualité de l’air sont délivrés pour la majeure partie de la moitié est de la Colombie-Britannique. Les conditions ne devraient pas s’améliorer au cours du week-end.

Certaines parties de l’intérieur de la province pourraient connaître des averses, mais le bureau météorologique prévient que les précipitations au cours des prochaines 24 heures dans la zone des incendies de forêt à 100 Mile House pourraient être accompagnées d’éclairs.

Environ 69 pour cent des incendies actifs répertoriés par le service des incendies de forêt vendredi auraient été déclenchés par la foudre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.