Chaos autour de la vente des billets par Ticketmaster: des enquêtes sont lancées

NASHVILLE — L’annulation des ventes de billets de la tournée de Taylor Swift par Ticketmaster est une situation difficile que certains procureurs des États-Unis ne comptent pas laisser de côté.

Alors que les admirateurs de la chanteuse partagent leur indignation et leur chagrin en raison des heures infructueuses qu’ils ont passées à essayer d’obtenir des places pour la prochaine tournée de concerts de Taylor Swift, les principaux responsables juridiques du Nevada, du Tennessee et de la Pennsylvanie ont lancé des enquêtes sur le fiasco.

«Trouble, trouble, trouble», a écrit sur Twitter le procureur général de Pennsylvanie Josh Shapiro en référence à la chanson à succès de Swift de 2012 «I Knew You Were Trouble» alors qu’il demandait au public de déposer des plaintes concernant l’utilisation de Ticketmaster.

M. Shapiro, un démocrate qui a récemment remporté la course au poste de gouverneur de Pennsylvanie, a depuis remercié les gens pour leur «réponse rapide» tout en notant que son bureau avait reçu «de nombreuses plaintes» à examiner.

Au Tennessee, le procureur général Jonathan Skrmetti a indiqué qu’il voulait s’assurer que les consommateurs aient une chance d’acheter des billets.

«Il n’y a pour l’instant aucune allégation d’inconduite, mais en tant que procureur général, c’est mon travail de veiller à ce que les lois sur la protection des consommateurs et les lois antitrust du Tennessee soient respectées», a déclaré M. Skrmetti aux journalistes.

En 2008, le Tennessee a promulgué une loi dite «anti-bot» qui interdit l’utilisation de certains programmes informatiques pour acheter de grandes quantités de billets pour des concerts et des événements sportifs. Cependant, comme la plupart des États qui ont adopté des interdictions similaires, la loi a rarement été appliquée.

Pendant ce temps, au Nevada, le bureau du procureur général a annoncé qu’il enquêtait sur Ticketmaster pour de «présumées pratiques commerciales trompeuses ou déloyales».

Les ennuis ont commencé lorsque les personnes enregistrées ayant reçu des codes pour une prévente mardi ont tenté d’obtenir des billets pour la tournée «Eras» («époques») de 52 dates de Taylor Swift l’année prochaine. Ils ont rapidement été confrontés à de longs retards et à des messages d’erreur que Ticketmaster a imputés aux bots et à une demande historiquement sans précédent. La société a ensuite annulé les ventes de vendredi au grand public.

Mme Swift a exprimé sa colère et sa frustration dans une longue déclaration, affirmant que Ticketmaster lui avait assuré qu’il pouvait gérer la demande.

«C’est vraiment difficile pour moi de devoir m’en remettre à une entité extérieure, et c’est atroce pour moi de voir des erreurs se produire sans rien pouvoir faire», a-t-elle dit.

Ticketmaster a déclaré que plus de deux millions de billets avaient été vendus malgré les problèmes, établissant un nouveau record d’une journée pour les artistes sur la plateforme, et que seuls 15 % des acheteurs potentiels avaient des problèmes avec le processus.

«Nous voulons nous excuser auprès de Taylor et de tous ses fans, en particulier ceux qui ont eu une expérience terrible en essayant d’acheter des billets», a déclaré la société.

Plusieurs législateurs ont accusé Ticketmaster d’abuser de son pouvoir en tant que vendeur de billets dominant le marché.

La sénatrice américaine Amy Klobuchar, qui préside le sous-comité judiciaire du Sénat sur la politique de concurrence, l’antitrust et les droits des consommateurs, a écrit une lettre ouverte au président et chef de la direction de Ticketmaster, Michael Rapino, disant qu’elle était sceptique à l’égard de son entreprise depuis leur fusion avec LiveNation en 2011. Sa lettre comprenait plusieurs questions sur les pratiques commerciales de Ticketmaster auxquelles elle a demandé à M. Rapino de répondre d’ici la semaine prochaine.

Interrogée sur les informations selon lesquelles le ministère de la Justice enquêterait sur Live Nation, l’attachée de presse de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre, a refusé de commenter les détails, mais a déclaré que le président Joe Biden avait travaillé pour accroître la concurrence et limiter le pouvoir des grandes entreprises, estimant qu’un «manque de la concurrence conduit à des prix plus élevés et à un service de moins bonne qualité.»

– Avec des informations d’Aamer Madhani de l’Associated Press

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.