Charest dit qu’il est un «fier conservateur depuis 30 ans» et qu’il le «restera»

MONTRÉAL — Jean Charest affirme qu’il est un «fier conservateur depuis 30 ans» et qu’il le «restera» alors que les murmures d’une coalition de centre droit se font plus audibles. 

«Je suis dans la course à la direction pour unir les conservateurs et pour battre (Justin) Trudeau aux prochaines élections», poursuit-il dans son message sur Twitter, commentant et relayant ainsi l’article de La Presse Canadienne, qui indiquait plus tôt que l’équipe de Jean Charest refusait de clarifier si l’ancien premier ministre du Québec demeurera membre du Parti conservateur du Canada s’il perd la course à la direction.

«M. Charest est membre du Parti conservateur depuis longtemps. Il est entièrement investi dans l’actuelle course à la direction qu’il compte remporter le 10 septembre prochain», s’était borné à répondre mercredi son attachée de presse, Laurence Tôth, malgré des demandes répétées de La Presse Canadienne visant à éclaircir s’il restera un conservateur quoi qu’il advienne. M. Charest avait également décliné une demande d’entrevue portant sur l’avenir du mouvement conservateur.

Dans un livre qui vient de paraître, la commentatrice Tasha Kheiriddin, qui est coprésidente de la campagne de M. Charest, évoque la possibilité que se crée un parti «libéral-conservateur» si le projet d’unir la formation politique échoue. Dans une entrevue récente à Radio-Canada, elle a cependant insisté ne pas faire la promotion de cette idée.

Des stratèges conservateurs consultés par La Presse Canadienne estiment que ces messages envoyés par le camp Charest suscitent de la confusion chez les membres.

Marc-André Leclerc, qui a été conseiller pour l’ancien chef conservateur Andrew Scheer, estime que les propos de Mme Kheiriddin sont «un peu bizarres» étant donné que le vote n’a pas encore eu lieu. «T’es déjà en train d’évoquer la formation d’un nouveau parti politique quand celle-là (la course) n’est pas encore terminée», a-t-il lancé.

Selon le stratège conservateur Rodolphe Husny, un ancien conseiller dans le gouvernement de Stephen Harper, Mme Kheiriddin doit clarifier si c’est sa propre réflexion à titre d’autrice ou si elle s’exprime également à titre de coprésidente de la campagne de M. Charest.

Selon M. Husny, la présence de deux trames narratives en opposition, soit d’un côté «on pense qu’on a des chances de gagner», et de l’autre «il y a peut-être un plan « B » avec une coalition», crée de la confusion et engendre des doutes sur les véritables chances de succès.

Il croit cependant «tout à fait normal» que Jean Charest et les autres candidats affirment que la victoire est possible et que le moment le plus important se joue actuellement puisqu’ils doivent motiver leurs troupes à faire sortir le vote, une opération qui se déroule pour encore plus d’un mois.

Les membres conservateurs sont à remplir un bulletin de vote préférentiel où ils indiquent leurs choix par ordre de préférence. En plus de Jean Charest, les candidats sont Pierre Poilievre, Leslyn Lewis, Scott Aitchison et Roman Baber.

Le bulletin de vote doit être retourné par la poste. Les résultats doivent être annoncés à Ottawa le 10 septembre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.