Chemin Roxham: le Québec a été «extraordinairement généreux», dit Trudeau

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a remercié mardi le Québec d’avoir été «généreux» dans l’accueil de demandeurs d’asile qui empruntent le désormais célèbre chemin Roxham, au sud de Montréal, pour entrer au pays.

«Je veux souligner à quel point (le) Québec, particulièrement, a été extraordinairement généreux et présent dans cette situation difficile. Nous reconnaissons le leadership du Québec là-dedans, mais nous voulons être dans une situation où ce n’est pas nécessaire», a-t-il déclaré lors d’un point de presse dans une usine automobile de Windsor, en Ontario.

De janvier à novembre 2022, 34 478 demandeurs d’asile ont été interceptés par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) entre des postes frontaliers situés au Québec, soit la quasi-totalité de ceux qui sont entrés au Canada de façon irrégulière.

M. Trudeau, qui était appelé à commenter la découverte, au début du mois, du corps d’un migrant qui tentait de traverser la frontière pour se rendre aux États-Unis, a déclaré que son gouvernement est «très préoccupé» et que cela «souligne à quel point nous devons continuer à travailler avec nos partenaires américains pour améliorer la situation».

Le premier ministre a réitéré que son gouvernement travaille à moderniser l’entente sur les tiers pays sûrs afin de «réduire ces passages irréguliers et favoriser l’immigration légale».

À la mi-décembre, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, avait déclaré à Radio-Canada qu’un accord avait été trouvé avec les États-Unis pour réformer l’entente, mais M. Trudeau avait presque aussitôt tempéré les ardeurs de son ministre.

Le chemin Roxham est un lieu de passage non officiel populaire chez les personnes qui veulent éviter d’être assujetties à l’Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs.

Cet accord oblige les demandeurs d’asile à déposer leur demande dans le premier pays «sûr» qu’ils atteignent. Autrement dit, les douaniers canadiens refoulent les demandeurs d’asile qui se présentent aux points de contrôle officiels depuis les États-Unis, mais pas lorsqu’ils traversent de façon irrégulière à des endroits comme le chemin Roxham.

Le premier ministre du Québec, François Legault, avait soutenu le mois dernier que M. Trudeau avait «de bonnes intentions» quant au chemin Roxham, mais qu’il «attend des actions» de la part de son homologue.

Lors d’une rencontre entre les deux hommes, M. Legault a dit avoir plaidé qu’il faut «arrêter l’entrée massive d’immigrants par ce chemin» et a dit voir une «ouverture» à ce qu’une partie des demandeurs d’asile soient transférés dans d’autres provinces.

La situation actuelle représente selon le premier ministre du Québec un défi en matière de francisation, mais également au chapitre des services de santé, d’éducation et de logement qui doivent être offerts.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.