Chemin Roxham: l’isolement de 14 jours requis aussi pour les migrants irréguliers

Ottawa assure que les migrants qui traversent la frontière canadienne irrégulièrement, comme au Chemin Roxham, seront eux aussi soumis à toutes les précautions nécessaires pour éviter de propager la COVID-19.

Lors d’une conférence de presse à Ottawa, mardi après-midi, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a déclaré que ces demandeurs d’asile devront se soumettre à des tests médicaux par les agents frontaliers pour détecter de potentiels symptômes du virus.

En temps normal, ces individus seraient redirigés vers des refuges temporaires à Montréal. Mais le gouvernement fédéral prend maintenant des arrangements séparés pour les placer dans des refuges —dans un lieu qui n’a pas encore été annoncé — pour observer une période d’isolement de 14 jours.

«Nous le faisons parce que nous croyons qu’il est nécessaire et dans notre meilleur intérêt de garder tous les Canadiens en santé et en sécurité», a déclaré M. Blair.

Le président du Syndicat des douanes et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin, avait tiré la sonnette d’alarme à ce sujet plus tôt en journée.

Il disait avoir été alerté par le fait que le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, ne semblait pas pouvoir confirmer en entrevue au 98,5 FM, mardi matin, si le confinement des migrants irréguliers allait être obligatoire ou volontaire.

Les agents frontaliers qu’il représente lui auraient dit que les migrants irréguliers n’étaient pas soumis à une période d’isolement obligatoire. M. Fortin a depuis parlé au bureau du ministre Blair de la situation et se dit satisfait de la réponse.

«Moi, j’ai soulevé le problème. Ils ont dit qu’ils allaient assurer le suivi. Je suis content, soit dit en passant, qu’ils aient assuré le suivi à la suite de l’information qu’on a transmise au bureau du ministre. Il a semblé réagir rapidement», s’est réjoui le dirigeant syndical.

Les deux principaux candidats de la course à la direction du Parti conservateur du Canada ont sauté sur l’occasion pour critiquer ce qu’ils prétendent être une décision du gouvernement Trudeau de laisser le Chemin Roxham ouvert.

«Au lieu de les refuser, nous les laissons entrer (au pays) et nous payons pour leurs soins de santé et quarantaine. Il y a des inquiétudes qu’on n’a pas suffisamment d’équipement pour nos propres citoyens. Cela doit cesser maintenant», a réagi Peter MacKay sur Twitter.

«Ceci est complètement inacceptable. La sécurité des Canadiens DOIT être la priorité. Nous devons sécuriser la frontière immédiatement», a renchéri Erin O’Toole.

Le Bloc québécois, lui, demande à Ottawa d’en «finir tout simplement» avec le Chemin Roxham, notant au passage que l’Entente entre les tiers pays sûrs prévoit que le gouvernement peut en suspendre l’application.

«Évidemment, un point d’entrée irrégulier, sans les équipements habituels, fonctionnant à l’avenant auprès d’une clientèle singulière de demandeurs, c’est un risque sanitaire élevé tant pour les demandeurs que pour le Québec», a fait valoir la députée Christine Normandin.

À cela, M. Garneau avait répondu au 98,5 FM que le Canada allait continuer de respecter ses obligations internationales.

Les commentaires sont fermés.

Il a fallu les critiques, commentaires et pression du milieu pour que ce gouvernement libéral commence à se réveiller. Les actions c’est pour quand? On sait que vous êtes pas vite à prendre des mesures efficaces…

OK on laisse passer les immigrants, on les teste et s’ils sont tous malades ou même si seulement la moitié sont malades. Va falloir les soigner. Il en rentre à tous les jours. Déjà on ne sait pas si on va pouvoir soigner les Canadiens , si on aura assez de médicaments, de soignants, d’équipements pour nous. Ça sert absolument à rien de fermer les autres frontières si vous fermez pas cette passoire là. Vous demandez au Canadiens de faire leur part, de rester à la maison etc… pis vous laissez des possibles contaminés venir nous envahir. Sérieux elle est où votre logique??

OK on laisse passer les immigrants, on les teste et s’ils sont tous malades ou même si seulement la moitié sont malades. Va falloir les soigner. Il en rentre à tous les jours. Déjà on ne sait pas si on va pouvoir soigner les Canadiens , si on aura assez de médicaments, de soignants, d’équipements pour nous. Ça sert absolument à rien de fermer les autres frontières si vous fermez pas cette passoire là. Vous demandez au Canadiens de faire leur part, de rester à la maison etc… pis vous laissez des possibles contaminés venir nous envahir. Sérieux elle est où votre logique??

Les plus populaires