Chronologie de la controverse sur la vente de Rona à Lowe’s

MONTRÉAL – Rona et Jacques Daoust : la chronologie

8 juillet 2012 : La chaîne américaine Lowe’s dépose une offre d’achat non sollicitée de 1,76 milliard $ pour l’achat de la chaîne Rona.

26 juillet 2012 : Le conseil d’administration rejette l’offre de Lowe’s, arguant qu’elle n’est pas «dans le meilleur intérêt de Rona».

31 juillet 2012 : La Caisse de dépôt et placement acquiert 2,4 millions d’actions de Rona, pour porter sa participation à plus de 14 pour cent de l’entreprise.

Août 2012 : Investissement Québec entreprend l’achat massif d’actions de Rona.

9 novembre 2012 : Le PDG de Rona, Robert Dutton, est poussé à la démission par le conseil d’administration.

19 mars 2013 : Rona nomme Robert Sawyer, anciennement chez Métro, comme nouveau PDG.

17 novembre 2014 : Le conseil d’administration d’Investissement Québec prend la décision de vendre ses 11,1 millions d’actions de Rona.

26 novembre 2014 : Dans un échange de courriels privés entre le vice-président d’Investissement Québec et le chef de cabinet de Jacques Daoust, alors ministre de l’Économie, le gouvernement du Québec donne son accord à la vente des actions.

15 décembre 2014 : Le conseil d’administration d’Investissement Québec est informé que le cabinet du ministre Daoust a donné son accord à la vente de la totalité des actions de Rona.

3 février 2016 : Lowe’s annonce l’achat de Rona pour 3,2 milliards $ CAN. La Caisse de dépôt annonce du même coup qu’elle appuie la vente et déposera ses actions.

31 mars 2016 : Les actionnaires de Rona approuvent la transaction avec Lowe’s.

2 juin 2016 : Sur la base des procès-verbaux d’Investissement Québec, la vérificatrice générale conclut que le ministre Daoust a approuvé la vente des actions d’Investissement Québec. M. Daoust maintient qu’il n’a jamais été mis au courant.

3 juin 2016 : L’ancien PDG de Rona, Robert Dutton, fustige le ministre Daoust pour son inaction dans le dossier.

19 août 2016 : L’échange de courriels du 26 novembre 2014 est dévoilé par plusieurs médias. Le premier ministre Philippe Couillard demande des explications à son ministre. Jacques Daoust démissionne de ses fonctions de ministre et de député, tout en maintenant qu’il a «toujours dit la vérité» dans le dossier.