CHSLD Herron: «c’était l’hécatombe» encore les 7 et 8 avril 2020, relate un témoin

MONTRÉAL — Au CHSLD Herron, même rendu au 7, 8 ou 9 avril 2020, c’était «l’hécatombe». Une de ces journées, il y avait un résidant qui décédait à toutes les heures, s’est rappelé mardi Alexandre Mercier, du service des ressources humaines du CIUSSS qui était venu sur place.

Une de ses collègues du CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal s’est demandé à voix haute comment ces résidants allaient pouvoir passer le mois. 

Le CIUSSS était pourtant arrivé en renfort au CHSLD Herron de Dorval dès le 29 mars. Mais ce sont des cadres qui avaient été déployés au départ, et non des employés terrain, bien que certains de ceux-ci avaient une formation d’infirmière et qu’ils aient dispensé des soins comme préposés, en hydratant les résidants et en les lavant.

Pourtant, encore le 7 avril, lorsqu’il s’est lui-même rendu sur place, M. Mercier a entendu des résidants «crier, râler», qui cherchaient des gens du regard.

Il a décrit la «désorganisation totale de la résidence». Il fallait littéralement partir un centre d’hébergement à partir de zéro, a lancé le témoin.

La coroner Géhane Kamel, qui mène l’enquête, a demandé pourquoi ces résidants n’avaient pas été transférés dans d’autres établissements, quand on a vu à quel point il y manquait de personnel et d’équipement.

Le témoin a avancé que le CIUSSS ne voulait sans doute pas surcharger les unités de soins intensifs et les urgences des autres établissements, qui étaient aussi aux prises avec un manque de personnel généralisé. Aussi, il ne voulait pas répandre davantage la COVID-19 dans les autres établissements, a-t-il suggéré.

«Ça fait qu’on les a sacrifiés», a conclu la coroner.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Sans révéler l’identité de la sonneur d’alerte, il faudrait connaître les dates de toutes ses tentatives de rendre le tout public, qui a dit ne pas la croire, et surtout savoir qui a mis les bâtons dans ses roues, qui l’a intimidé, avant de finalement réussir ?
Quels sont les organismes qui n’ont pas cru à l’alerte avant que le CIUSS soit finalement interpelé autour du 27 mars ?
En mars 2020, pendant que des vies auraient pu être sauvées, quellles ont été les actions et les inactions de certaines personnes au gouvernement ?
Est-ce que les deux ministres vont dire à la Coroner ce qu’elles savaient en mars ?

Répondre