Cinq ans après le meurtre de Valérie Leblanc, personne n’a été arrêté

GATINEAU, Qc – Précisément cinq ans après le meurtre sordide d’une étudiante de l’Outaouais, Valérie Leblanc, la police demeure incapable de le résoudre pour de bon.

Le cadavre de Mme Leblanc, une étudiante du CEGEP de l’Outaouais qui était âgée de 18 ans, a été trouvé affreusement mutilé et brûlé à Gatineau dans un secteur boisé situé derrière le campus Gabrielle-Roy, le 23 août 2011.

Sa mort brutale avait suscité l’indignation au Québec.

Il semble que le cadavre ait été manipulé, ce qui a nui à l’enquête du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Néanmoins, quelque 2000 informations du public lui ont été transmises depuis cinq ans à propos de cette affaire.

La coroner Marie Pinault a soutenu dans un rapport que Valérie Leblanc s’était rendue derrière le campus Gabrielle-Roy avec une amie, vers 13h00, le 23 août. L’amie en question aurait quitté les lieux quelque 30 minutes plus tard.

D’autres étudiants ont trouvé le corps sans vie de Mme Leblanc et ont composé le 911 vers 15h55.