Cinq cadavres dans une maison d’Oshawa, en Ontario: le suspect est identifié

OSHAWA, Ont. — L’auteur présumé d’un carnage qui a fait quatre morts et une blessée, vendredi matin, à Oshawa, en Ontario, connaissait les victimes, a confirmé la police régionale de Durham.

Les policiers rapportent que Mitchell Lapa, originaire de Winnipeg, était le seul tireur et qu’il est mort des suites d’une blessure par balle auto-infligée. Aucun autre suspect n’est recherché.

Les enquêteurs affirment que l’homme âgé de 48 ans était une «personne non invitée» au domicile. L’unité des homicides enquête toujours sur le mobile de la tuerie.

Les agents de Durham se sont rendus vers le bungalow en brique peu après 1h20 du matin.

«C’était une scène assez chaotique. Même pour les résidents de la région, de nombreuses personnes appelaient pour dire qu’ils entendaient beaucoup de coups de feu, beaucoup de cris venant de cette résidence», a indiqué l’agent George Tudos aux journalistes.

Deux des personnes décédées avaient moins de 18 ans. Il s’agit de quatre hommes et d’une femme, a-t-il précisé.

La survivante, qui se rétablit actuellement à l’hôpital, est une femme âgée de 50 ans.

L’agent Tudos a précisé que les policiers qui ont répondu à l’appel ont eux aussi entendu des coups de feu et une «agitation» à leur arrivée, et ils ne sont pas immédiatement entrés dans la maison de l’avenue Parklane.

«Ce n’est que lorsque l’escouade tactique est arrivée qu’ils ont pu entrer en toute sécurité dans la résidence — et c’est là qu’ils ont fait cette macabre découverte de cinq cadavres, a-t-il rapporté. Plusieurs policiers sont sous le choc.»

Des enquêteurs ont remorqué vendredi matin une camionnette immatriculée au Manitoba que certains voisins ont dit n’avoir jamais vue garée devant la maison auparavant. Selon M. Tudos, la camionnette avait été garée à contresens.

En fin de matinée, des groupes de voisins étaient à l’extérieur pour discuter de ce qui s’était passé.

Plus tard dans la journée, une civière a été aménagée sur l’allée alors que les travailleurs portant des équipements de protection s’activaient en vue de retirer les corps.

Des gens se sont arrêtés à la maison pour déposer des fleurs à la mémoire de la famille, et des passants s’arrêtaient pour jeter un œil sur la scène du crime.

Mais dans l’après-midi, la police a tweeté qu’elle avait trouvé un «appareil inconnu» dans la maison et avait dégagé la zone pendant plus d’une heure avant de déterminer qu’il n’y avait pas de menace.

Liz McIntosh, qui vit à côté de la maison où le drame a eu lieu, a déclaré qu’elle s’était réveillée au son des coups de feu et des cris, et avait vu la police s’approcher de la propriété avec leurs armes à feu.

«C’est horrible. Vous ne penseriez jamais que cela pourrait arriver, surtout dans ce quartier. C’est très calme», a-t-elle dit, notant que la plupart des familles y vivent depuis des années.

«C’est un quartier très paisible», a déclaré son mari, Cliff Chow. «La plupart du temps, nous ne verrouillons pas les portes.»

Liz McIntosh a déclaré qu’elle avait entendu les coups de feu retentir sur une période de 20 à 30 minutes.

«Je me sens mal pour cette famille, c’est déchirant. C’est juste horrible», a-t-elle dit, ajoutant qu’elle avait aussi peur pour elle-même.

«J’avais peur pour nous. Je ne savais pas s’il y avait un tireur qui courait dans le quartier pour essayer de se cacher, peut-être qu’il viendrait frapper à notre porte?»

Carol Gibson, qui habite tout près, a déclaré qu’elle avait été réveillée par un coup de feu et en a entendu «quatre ou cinq autres» par la suite. «Puis, j’ai entendu une femme crier et il y a eu deux autres coups de feu.»

Mme Gibson dit qu’elle connaissait depuis une vingtaine d’années la famille qui habitait là. «Ils se souciaient beaucoup les uns des autres, a-t-elle affirmé. S’ils ne jouaient pas au baseball, au hockey ou au basketball dans l’entrée de garage, ils ratissaient des feuilles et ils le faisaient en famille. Une famille très attentionnée.»

Laisser un commentaire