Cinq morts de surdose chaque jour en janvier en Colombie-Britannique

VICTORIA — La Colombie-Britannique a enregistré en janvier 165 décès qui seraient liés à une surdose de drogues, un triste record pour un mois de janvier dans cette province. 

En janvier, l’augmentation de la toxicité des drogues a été responsable de 5,3 morts chaque jour, en moyenne, selon le bureau du coroner.

La coroner en chef, Lisa Lapointe, explique que ces décès surviennent au milieu d’une augmentation de la toxicité des drogues: près d’un décès sur cinq — un autre record — sont liés à des concentrations extrêmes de fentanyl. 

Sur les 165 décès de janvier, le carfentanyl a été à lui seul détecté dans 14 cas, le chiffre le plus élevé en un mois depuis mai 2019. Le carfentanyl est l’analogue le plus mortel du fentanyl, un opioïde synthétique déjà extrêmement dévastateur. Le fentanyl serait 50 fois plus puissant que l’héroïne et 100 fois plus puissant que la morphine. 

Le nombre de décès par surdose de drogues illicites en Colombie-Britannique l’année dernière n’a jamais été aussi élevé. Or, selon la coroner en chef, le mois de janvier dernier a été deux fois plus meurtrier que janvier 2020. Mme Lapointe rappelle que la grande toxicité de ces drogues exige une action rapide.

«Les résultats suggèrent que l’approvisionnement en drogues, déjà instable en Colombie-Britannique, devient encore plus meurtrier, ce qui souligne le besoin urgent de consommation supervisée, de prescriptions pour un approvisionnement sécuritaire et de services de traitement et de rétablissement accessibles», soutient la coroner en chef. 

Son bureau souligne également des hausses récentes de benzodiazépine non prescrits et ses analogues, y compris l’étizolam. Depuis juillet 2020, l’étizolam a été identifié dans près d’un tiers des décès dus à la toxicité de drogues illicites lorsque des tests rapides ont été effectués. En janvier dernier, des benzodiazépines  et des analogues ont été détectés dans près de la moitié de tous les échantillons testés.

L’ajout d’étizolam au fentanyl augmente la probabilité de surdoses, en raison des effets secondaires combinés de dépression respiratoire, selon le bureau du coroner.

Le premier ministre John Horgan et le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, ont écrit des lettres au gouvernement fédéral pour demander une exemption qui permettrait la décriminalisation de la possession de drogue à des fins personnelles.

Sheila Malcolmson, ministre de la Santé mentale et des Toxicomanies, a déclaré dans un communiqué que la pandémie avait aggravé l’isolement, ce qui pousse encore davantage les gens à consommer tout seuls. 

Laisser un commentaire