Climat: Le protocole de l’ONU utilisé par des jeunes est indisponible au Canada

CALGARY — Une défenseuse des droits des enfants exhorte le Canada à adopter un protocole des Nations unies que 16 jeunes, y compris la militante suédoise Greta Thunberg, mettent de l’avant pour promouvoir l’action climatique.

Sara Austin, fondatrice et chef de la direction de l’organisme «Les enfants d’abord Canada», a dirigé pendant des années la campagne mondiale en faveur d’un code des Nations unies pour les enfants — et leurs représentants adultes — qui permet de déposer une plainte si leurs droits ont été violés.

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté en 2011 le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, qui établit une procédure de présentation de communications, et ce protocole est entré en vigueur en 2014.

«Il est vraiment remarquable pour moi maintenant de voir des jeunes comme Greta et 15 de ses pairs qui utilisent cette loi pour porter plainte contre cinq gouvernements et demander justice parce qu’ils n’ont pas su assurer une enfance saine et sécuritaire», a observé Mme Austin, établie à Calgary, lors d’une entrevue.

La plainte déposée ce mois-ci par les jeunes pétitionnaires — âgés de huit à 17 ans et provenant de 12 pays — concerne cinq des 45 pays qui ont ratifié le protocole: l’Allemagne, l’Argentine, la France, le Brésil et la Turquie. Les plaignants allèguent que ces pays violent les droits des enfants en ne s’attaquant pas à la crise climatique.

«Cette loi n’est pas encore disponible pour permettre aux enfants ici, au Canada, de déposer une plainte parce que notre gouvernement ne l’a pas ratifiée, mais nous espérons que cela change», a affirmé Mme Austin. «En tant que Canadienne qui dirigeait ces efforts mondiaux, j’étais consternée et profondément frustrée que mon propre gouvernement s’oppose à la loi et ne l’ait pas encore ratifiée à ce jour.»

Mme Austin a expliqué que ses efforts étaient motivés par les violations des droits des enfants dont elle avait été témoin en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Elle a passé trois ans en Thaïlande, où elle se souvient d’avoir rencontré des jeunes victimes du travail et de la traite d’enfants. Plusieurs ne bénéficiaient pas de soins de santé adéquats pour le sida et d’autres maladies. «Ce sont des enfants comme eux qui m’ont motivée à trouver de vraies façons de leur donner la parole et de réclamer justice rapidement lorsque leurs droits sont bafoués.»

Greta Thunberg, âgée de 16 ans, est à l’origine de «grèves climatiques» observées vendredi dans plus de 150 pays.

Les plus populaires