Climat: Québec solidaire lance un ultimatum au gouvernement Legault

QUÉBEC — Fort de son nouveau statut de deuxième opposition, Québec solidaire bombe le torse et menace le gouvernement de lui faire obstruction, s’il n’obtempère pas à ses exigences en matière environnementale.

Le parti de gauche, qui compte 10 députés à l’Assemblée nationale, fixe une échéance au gouvernement Legault — le 1er octobre 2020 — pour présenter un plan d’action crédible destiné à lutter efficacement contre les changements climatiques.

S’il échoue le test, le gouvernement devra composer après cette date avec l’obstruction parlementaire systématique de Québec solidaire, qui entend bien utiliser tous les moyens à sa disposition pour bloquer l’adoption de projets de loi et entraver les travaux parlementaires.

L’ultimatum de Québec solidaire a été lancé mardi matin, en conférence de presse, par les deux porte-parole de la formation, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, entourés des huit autres députés de QS.  

«On va utiliser toutes les règles et tous les moyens parlementaires à notre disposition pour sérieusement embêter le gouvernement», a promis le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, convaincu que le gouvernement Legault ne pourra pas «gouverner comme si de rien n’était» sans plan de lutte aux changements climatiques.

Dans les faits, les recours du groupe parlementaire solidaire, passé la semaine dernière de la troisième à la deuxième opposition, demeurent limités. Le gouvernement est majoritaire et peut toujours recourir au bâillon pour contrer des tactiques dilatoires de l’opposition et forcer le processus d’adoption de ses projets de loi.

De son côté, le Parti québécois (PQ) a dit préférer être une force de proposition, plutôt qu’«une force d’obstruction» au processus parlementaire. «Nous, c’est davantage la collaboration, mais sans renier nos valeurs», a commenté le chef intérimaire de la formation, Pascal Bérubé.

Par ailleurs, le parti du premier ministre François Legault, la Coalition avenir Québec (CAQ), tiendra un congrès, en mai, à Montréal, en vue de définir sa position sur la lutte aux changements climatiques.

À compter de maintenant, le gouvernement Legault dispose donc de 18 mois pour se conformer à l’ultimatum des solidaires.

Sinon, QS promet de dresser «un barrage politique d’une ampleur sans précédent», à compter du 2 octobre 2020, alors que le gouvernement sera rendu à mi-mandat.

Le parti émet trois conditions à respecter pour appuyer éventuellement le gouvernement Legault dans ce dossier:

– Interdire tout projet gazier ou pétrolier sur tout le territoire du Québec;

– Adopter un plan de lutte aux changements climatiques conforme aux cibles fixées par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC);

– Faire approuver ce plan par un expert indépendant. 

Les plus populaires