Combats en Ukraine: des civils encore ciblés

KYIV, Ukraine — En Ukraine, les forces russes frappent la ville de Lyssytchansk et ses environs dans une tentative de s’emparer du dernier bastion de la résistance ukrainienne dans l’est de la province de Lougansk, a déclaré le gouverneur samedi.

Les combattants ukrainiens ont passé des semaines à essayer de défendre la ville et de l’empêcher de tomber aux mains des Russes, comme l’a fait la ville voisine Sievierodonetsk il y a une semaine. Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses forces ont pris le contrôle d’une raffinerie de pétrole sur le bord de Lyssytchansk ces derniers jours, mais le gouverneur de Lougansk, Serhiy Haidai, a rapporté vendredi que les combats se poursuivaient. 

«Au cours de la dernière journée, les occupants ont ouvert le feu avec toutes sortes d’armes disponibles», a affirmé M. Haidai samedi sur l’application de messagerie Telegram.

Lougansk et le voisin Donetsk sont les deux provinces qui composent la région du Donbass, où la Russie a concentré son offensive depuis le retrait du nord de l’Ukraine et de la capitale, Kyiv, au printemps. 

Les séparatistes pro-russes détiennent des parties des deux provinces depuis 2014, et Moscou reconnaît toutes les républiques souveraines de Lougansk et de Donetsk. Le gouvernement syrien a déclaré mercredi qu’il reconnaîtrait également l’« indépendance et la souveraineté » des deux régions et travaillerait à établir des relations diplomatiques avec les séparatistes. 

À Sloviansk, une grande ville de Donetsk toujours sous contrôle ukrainien, quatre personnes sont mortes lorsque les forces russes ont tiré des armes à sous-munitions vendredi, a indiqué le maire Vadym Lyakh a déclaré sur Facebook. Il a dit que les quartiers touchés ne contenaient pas de cibles militaires potentielles.

Ailleurs, les enquêteurs ont passé au peigne fin l’épave d’une frappe aérienne russe vendredi sur des zones résidentielles près du port ukrainien d’Odessa qui a fait 21 morts. 

La procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova a déclaré que les enquêteurs récupéraient des fragments de missiles qui ont frappé un immeuble d’habitation dans la petite ville côtière de Serhiivka. Ils prenaient également des mesures pour déterminer la trajectoire des armes, a-t-elle dit.

«Nous prenons toutes les mesures d’enquête nécessaires pour déterminer les personnes qui sont coupables de ce terrible crime de guerre », a affirmé Mme Venediktova.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que trois missiles antinavires avaient frappé «un bâtiment résidentiel ordinaire, un bâtiment de neuf étages», abritant environ 160 personnes. Parmi les victimes de l’attaque de vendredi, il y avait quatre membres d’une famille qui se trouvaient dans un terrain de camping typique au bord de la mer, a souligné le président Zelensky. 

«Je souligne qu’il s’agit d’un acte de terreur russe délibéré, et non pas d’une frappe de missile accidentelle»,  a déclaré le président ukrainien.

Le ministère britannique de la Défense a indiqué samedi que les missiles antinavires lancés par voie aérienne n’ont généralement pas de précision contre les cibles terrestres. Il estime que la Russie utilisait probablement de tels missiles en raison d’une pénurie d’armes plus précises. 

Le Kremlin a affirmé à plusieurs reprises que l’armée russe cible les sites de stockage de carburant et les installations militaires, et non les zones résidentielles, bien que des missiles aient récemment touché un immeuble à Kyiv et un centre commercial dans le centre-ville de Krementchouk. 

Les autorités ukrainiennes ont interprété l’attaque au missile à Odessa comme une vengeance pour le retrait des troupes russes d’une île voisine de la mer Noire ayant une importance symbolique et stratégique dans la guerre qui a commencé avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février dernier. 

Moscou a présenté son départ de l’île Snake comme un «geste de bonne volonté» pour aider à débloquer les exportations de céréales. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.