Commission de la condition de la femme de l’ONU: les Communes veulent expulser l’Iran

OTTAWA — Les élus de la Chambre des communes ont unanimement adopté lundi deux motions demandant à l’Organisation des Nations unies (ONU) de retirer l’Iran de sa Commission de la condition de la femme.

Cette requête figure dans un texte adopté et proposé par la porte-parole du Bloc québécois en matière de condition féminine, Andréanne Larouche.

Tout juste avant, la cheffe adjointe des conservateurs, Melissa Lantsman, parvenait à faire adopter unanimement une motion similaire demandant à ce que la Chambre «déclare son soutien» à pareille expulsion de l’Iran.

Ces appels s’ajoutent à celui lancé par la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly. Cette dernière a exprimé son appui à ce que l’Iran perde son siège à cette commission en apposant sa signature à une lettre ouverte publiée dimanche dans le «New York Times».

La missive a aussi été signée par la vice-première ministre Chrystia Freeland et l’ex-première ministre canadienne Kim Campbell, entre autres.

Plus tôt cette année, l’Iran a entrepris un mandat de quatre ans au sein de la commission composée de 45 membres.

Selon les signataires, l’Iran aurait dû être disqualifié d’office à cause de son oppression systémique contre les femmes et de sa répression violente contre les défenseurs des droits de la personne.

L’attaché de presse de la ministre Joly, Adrien Blanchard, a affirmé lundi que, «suite à cette lettre», le gouvernement canadien est «activement en conversation avec (ses) alliés et partenaires à l’ONU».

«Les femmes iraniennes luttent présentement pour un avenir meilleur et nous avons une obligation morale de les soutenir», a-t-il déclaré par écrit.

La mort de Mahsa Amini, une femme iranienne de 22 ans qui a perdu la vie alors qu’elle était détenue parce qu’elle n’aurait pas bien couvert ses cheveux, a provoqué un mouvement de contestation en Iran qui s’est amorcé il y a six semaines. Téhéran a depuis réprimé les dissidents au régime.

La motion bloquiste adoptée par les élus fédéraux lundi appelle à la condamnation des «meurtres, (de) l’intimidation et (des) actes de violence initiés par l’État iranien à l’encontre des manifestants qui appuient le mouvement de libération des femmes en Iran».

Le Canada a imposé une série de sanctions envers le régime iranien, en ajoutant de nouvelles lundi.

Le premier ministre Justin Trudeau a pris part samedi à une manifestation de soutien aux femmes iraniennes qui avait lieu à Ottawa.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.