Commission sur l’avenir des médias: la deuxième journée en cinq citations

QUÉBEC — Voici cinq citations tirées mardi de la commission parlementaire sur l’avenir des médias:      

«La désinformation, les fausses nouvelles, c’est probablement la pire catastrophe du 21e siècle dans la démocratie, et c’est un peu à la lumière de ça qu’on a lancé le programme 30 secondes. C’est une des grandes réalisations de la FPJQ. J’aimerais ça que ce soit enseigné, pas juste au collégial, au secondaire, et si c’était juste de moi, au primaire, parce que la désinformation commence très tôt.»

— Stéphane Giroux, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), au sujet de la formation «30 secondes avant d’y croire» mise sur pied pour forger le sens critique des jeunes

—–

«Il faut insister sur les médias régionaux. Je pense que c’est important que ces médias continuent d’exister, et Télé-Québec a déjà 10 antennes régionales et pourrait avoir une mission supplémentaire au niveau de l’information, sans pour autant tasser les médias de la presse écrite régionale.»

— Sonia Éthier, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ)

—–

«Un des gros problèmes pour les journalistes pigistes, c’est que, en ce moment, au Québec, il n’y a pas de tarification de base, donc c’est vraiment à la carte et c’est vraiment selon l’entreprise pour laquelle on travaille. Par exemple, Le Devoir, qui a le même tarif depuis à peu près 25 ans, paie 50 $ pour un texte de 500 mots. Vous comprenez que ce n’est pas beaucoup.» 

— Gabrielle Brassard-Lecours, présidente de l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ)

——

«Au Québec, c’est à peu près 1 million de citoyens qui sont anglophones, c’est 13,7 pour cent de la population. Ils sont souvent très isolés et c’est à l’intérieur du journal communautaire qu’on se sent justement branché et pleinement Québécois impliqués.»

— Sylvie Goneau, directrice générale de l’Association des journaux régionaux du Québec (AJRQ)

——

«Cette clientèle-là — 57 pour cent de nos lecteurs — âgés de 65 ans et plus, méritent aussi d’être desservis.»

— François Beaudreau, président de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ)

Les plus populaires