Conférence et portail sur l’hypertension

MONTRÉAL — La Société des sciences vasculaires du Québec (SSVQ) propose une conférence en ligne gratuite le 17 mai, à l’occasion de la Journée mondiale de l’hypertension.

Elle met aussi en ligne un nouveau portail pour aider la population à mieux comprendre la maladie et ses impacts.

Le portail votresantevasculaire.ca proposera entre autres des capsules, un dictionnaire, une liste de symptômes possibles en fonction des problèmes vasculaires abordés, les soins et les traitements qui s’y rattachent, ainsi que des moyens de prévention. 

«Les professionnels de la santé se rendent bien compte de toute l’importance qu’on doit accorder à l’autonomisation des patients, à leur capacité à se prendre en charge, a dit la professeure Lyne Cloutier, du département des sciences infirmières de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

«Les gens qui sont atteints de maladies chroniques ont envie de s’impliquer, ils ont envie d’en savoir plus. Ça fait plusieurs années que la littérature nous le dit: les patients ont envie d’en savoir plus et de faire quelque chose, d’avoir l’impression d’être partie prenante dans la prise en charge de leur santé.»

Le portail proposera donc des outils et des explications simples, dans un langage accessible à tous, a-t-elle ajouté.

Et si de telles ressources étaient déjà disponibles ailleurs sur internet, le portail votresantevasculaire.ca se donne comme objectif de les rassembler au même endroit et de les rendre pertinents pour un public québécois.

«Ce portail-là, c’est intéressant de le faire à l’intérieur de notre pays parce que la médication est différente, les types de traitements offerts ne sont pas les mêmes, a expliqué Mme Cloutier, qui est aussi l’ancienne présidente de la Société québécoise d’hypertension artérielle. C’est sûr qu’il y a une question culturelle. On irait en Europe francophone, comme en France par exemple, on n’obtiendrait pas nécessairement les mêmes résultats.»

Conférence

La conférence «Une vie sans haute pression – Apprenez comment faire la différence» traitera notamment des habitudes à adopter au quotidien pour contrôler la pression artérielle, de la prise en charge du traitement médicamenteux et de la mesure de la pression artérielle à la maison.

Plus d’un millier de personnes se sont déjà inscrites pour y participer.

«Je pense que ça démontre que les gens ont besoin d’en savoir plus», a commenté Mme Cloutier.

L’hypertension artérielle est une maladie sournoise et insidieuse qui peut faire des ravages pendant plusieurs années avant l’apparition des premiers symptômes, d’où son surnom de «tueur silencieux».

Elle peut causer de multiples problèmes de santé, allant de la perte de vision aux accidents vasculaires cérébraux en passant par la démence. On calcule qu’environ dix millions de personnes meurent chaque année de troubles liés à l’hypertension. Une personne sur deux en serait atteinte après l’âge de 65 ans.

Il peut néanmoins être compliqué de convaincre les patients de prendre au sérieux une maladie asymptomatique, surtout quand la médication qu’on leur prescrit peut s’accompagner d’effets secondaires passagers, mais quand même déplaisants, a dit Mme Cloutier.

Pour qu’un changement durable s’implante, que ce soit au niveau de la prise de médication ou d’une modification des habitudes de vie, il faut «aller trouver les cordes sensibles qui vont faire en sorte que les gens vont avoir envie de prendre soin de leur santé», comme jouer avec les petits-enfants ou continuer à voyager, a dit Mme Cloutier. 

«Une vie meilleure, une vie en santé, c’est ce qu’on veut pour les gens, et en agissant tôt, on pense qu’on peut faire une différence à long terme, a dit Mme Cloutier. Mais c’est aux gens aussi à s’impliquer. On ne peut plus juste compter sur le système de santé.»

——–

Sur internet

Conférence (17 mai à 12h): https://studiocast.ca/client/ssvq/event/9909/fr/#

Portail: https://votresantevasculaire.ca/hypertension_arterielle/

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.